Les cités Cariennes :
LabrandaMylasaStratonicée
 

Nous avons besoin de vous

 

 Pour plus de détails voir aussi les autres cités Cariennes :  Alabanda, Alinda, Aphrodisias, Bargylia,

Cnide, Didymes, Halicarnasse, Héraclée

 

Labranda

 


 

Vue d'une partie des ruines du sanctuaire

Situation  et  divers

 
  Labranda (ou Labraunda ou Labraynda ou Labrande, en Grec : Λάβραυνδα ou Λάβρανδα) était une cité Grecque de Carie. Son site est situé à 13/14 km., au Nord de Mylasa (ou Milas), dans la province de Muğla, en Turquie, situé dans les monts Besparmak (ou Beşparmak), près de la ville moderne de Beypınar. Strabon (Géographe Grec, v.63 av.J.C-v.23 ap.J.C) cite Labranda dans sa description des environs de Mylasa. Il situe la ville à soixante-huit stades (soit environ 13 km.) de cette dernière sur la route menant à Alabanda.
 
   Ce fut le centre religieux de Mylasa et un centre de pèlerinage pour toute la Carie qui existait déjà au Ve siècle av.J.C. Une voie sacrée reliait Mylasa à Labranda. On honorait à Labranda une divinité appelée Zeus de Labranda (ou Labraundos, en Grec : Ζες Λαβρανδεύς) qui y avait son sanctuaire. Ce Dieu était représenté avec une hache double dans la main sur son épaule droite, appelée labrys, à la place de la foudre habituelle. Sur les monnaies Zeus Labraundos est toujours affiché avec la hache à double tête.

 

  Pour plus de détails voir aussi : La carte de Carie

 


 

Le grand escalier du temple

L'histoire.......

 
   Les parties les plus anciennes Labranda remontent au VIIe siècle av.J.C. Hérodote (Historien Grec, v.484-v.425) raconte, vers 425 à la fin de sa vie, que les Cariens se réfugièrent dans le temple dédié à Zeus Stratios à Labranda pour fuir l’invasion des Perses. Idrieos (ou Idrieus ou Hidrieus ou Hidrieo ou Hidrieús, 351-343), frère du Roi d'Halicarnasse Mausole (ou Maussollos ou Maussolus ou Maúsôlos, 377-353), et successeur et frère de l'épouse de ce dernier Artémise II (ou Artemisia, 353-351), réaménagea le temple de Zeus et y fit construire sa tombe.
 
   Les spécialistes donnent d'ailleurs l'apogée du sanctuaire de Zeus entre 377 et 344 av.J.C. La plupart des bâtiments encore visibles furent construits sous ses souverains. Dix ans après la mort Idrieos, le Roi de Macédoine, Alexandre le Grand (336-323) conquit la Carie. Dans les luttes pour sa succession qui ravagèrent le pays pendant plusieurs décennies, la ville changea plusieurs fois de propriétaire et au fil du temps tomba dans l'oubli.

 

L'archéologie

 
   Depuis 1948, le site fait l’objet de fouilles menées par des Suédois de L'Institut Royal Suédois à Athènes, notamment dans une série de campagnes en 1948-1953, initiée par Axel W.Persson et reprise, après la mort soudaine de ce dernier, par Gösta Säflund. Celui-ci publia ses conclusions dans une longue série, regroupée en quatre volumes, à partir de 1955.
 
   Deux aqueducs construits pendant la période Byzantine amenaient l’eau de Labranda jusque dans la ville. Le long de la voie sacrée menant de Mylasa à Labranda, des sources à l'usage des pèlerins faisaient l'objet d'abris de protection.  Les vestiges des puissants murs cyclopéens du sanctuaire sont à environ 700 m. au-dessus du niveau de la mer dans la vallée et en terrasses artificielles décalées.
 


 

Ruines du temple de Zeus

  Les autres vestiges sont : Les ruines du temple central de Zeus et du sanctuaire ; L'escalier monumental ; Le bâtiment dorique d'entrée ; Le bassin de l'oracle et la source de la colonnade, Les logements des Prêtres du sanctuaire et de ses travailleurs, des esclaves et des paysans. Outre les fondations de nombreux bâtiments il y a des tombes taillées dans la paroi rocheuse dominante. Les structures les mieux conservées et les plus complètes datent du IVe siècle av.J.C. Elles contiennent une série de constructions inhabituelles qui se situaient sur plusieurs terrasses artificielles.
 
   Sur le site d'un petit temple construit au début du Ve siècle av.J.C par le Roi d'Halicarnasse Mausole (ou Maussollos ou Maussolus ou Maúsôlos, 377-353) fut érigé le grand temple en marbre dont la construction fut terminée en 344. Situé à l'angle Sud-est du site, c'était un temple ionique périptère (Entouré de rangées de colonnes sur 4 de ses faces), avec 6 colonnes sur les largeurs et 8 colonnes sur les longueurs. Selon une inscription découverte, consacrée par le frère et successeur de Mausole, Idrieos (ou Idrieus ou Hidrieus ou Hidrieo ou Hidrieús, 351-343) le temple de Zeus Labraundos fut appelé à cette époque temple de Zeus Stratios de Labranda.
 
   Le temple fut excavé lors des fouilles faites par les Suédois entre 1948-1960, ainsi que les terrains environnants. Les spécialises se posent toujours la question comment les blocs de marbre de 3 tonnes et plus qui servirent à la construction de temple, ont été acheminés depuis Mylasa (ou Milas), 13/14 km, puis à 700 m. de hauteur sur le site du temple ?. Le plus grand bloc mesure 52 × 63 × 480 cm et devrait peser 5,5 tonnes. Tout au long de la voie processionnelle de Mylasa au sanctuaire on a retrouvé 134 inscriptions Grecques, certaines avec les dates exactes indiquées.

 

Vue des terrasses Vue des ruines des
colonnes du temple
Entrée d'un tombeau Autre vue des terrasses Autre vue du sanctuaire

 
Bibliographie

 
   Pour d'autres détails sur la ville voir les ouvrages de :
 
Amelie Edgü, Afife Batur, Figen Kuzucu, Murat Ural et Ali Konyalı :
- Mylasa Labraunda : Archaeology and rural architecture in southern Aegean Region, Milli Reasürans T.A.Ş, Istanbul, 2010.
Damien Aubriet et André Laronde :
- Recherches sur Mylasa et Labraunda à l'époque hellénistique 336-31, Université Paris-Sorbonne, École doctorale Mondes anciens et médiévaux, Paris, 2009.
Hermann Bengtson :
- Die inschriften von Labranda und die politik des Antigonos Doson, Bayerische Akademie der Wissenschaften, Beck in Komm, München, 1971.
Pontus Hellström :
- Guden med dubbelyxan : Zeus i Labranda : 10 okt 1987-10 jan 1988, Medelhavsmuseet, Stockholm, 1987.
- Labraunda. A Guide to the Karian Sanctuary of Zeus Labraundos, Istanbul, Ege Yayinlari, 2007.
Pontus Hellström et Thomas Thieme :
- The temple of Zeus, Svenska forskningsinstitutet i Istanbul, Distributor, Paul Åström, Stockholm, Lund, 1982.
Kristian Jeppesen et Jonas Crampa :
- Labraunda : Swedish excavations and researches 2,3. Archaic pottery/by J.J.Jully - 1981-56 S.: Ill, Svenska Forskningsinstitutet, Lund Gleerup, Istanbul, 1981.
William L.MacDonald :
- Labraunda or Labraynda, Labranda, Caria, Turkey, The Princeton Encyclopedia of Classical Sites, Princeton University Press, Princeton, 1976.
Axel W.Persson :
- Swedish excavations at Labranda, 1948, Gleerup, Lund, 1949.
Gösta Säflund :
- Ett labrandafynd, Stockholm, 1952.
Roger Santiváñez :
- Labranda Hipocampo, Editores : Asaltoalcielo Editores, La Victoria, Lima, Perou, 2008.

 

 

Mylasa

 


 

Vue du Site

   Mylasa (ou Milas, en Grec : Μύλασα) fut la capitale de la Carie. Aujourd'hui elle est identifiée à la ville de Milas qui est un chef-lieu de district de la province de Muğla, sur la route principale d'İzmir après Bodrum, en Turquie. Mylasa était située dans une plaine fertile, aux pieds de montagnes dans lesquelles il y avait d'importantes carrières de marbre qui servirent à la construction des monuments de la ville et à la celle du temple de Zeus à Labranda, qui était le sanctuaire pour ce Dieu de toute la Carie, à 13/14 km de Mylasa.
 
   Strabon (Géographe Grec, v.63 av.J.C-v.23 ap.J.C) nous dit que Mylasa fut bâtie dans une plaine extrêmement fertile, au-dessous d'une montagne qui s'élevait à pic à une très grande hauteur et qui renfermait une carrière de très beau marbre blanc et que ce fut un avantage pour une ville d'avoir à sa portée et en si grande quantité des matériaux réputés les plus précieux pour la construction des édifices publics et religieux. Au Ier siècle, Pline l'Ancien (Écrivain et naturaliste Romain, 23-79) vanta les fibres de chanvre produites à Mylasa bien qu’il les place après celles d’Alabanda.
 
   Mylasa fut fréquemment mentionnée par les auteurs anciens. À l'époque de Strabon la ville se vantait d'avoir deux orateurs remarquables, Euthydème (ou Euthydémos) et Hybréas. Des inscriptions diverses nous disent que différents cultes étaient représentés dans la cité : Phrygien par le culte de Sabazios ; Égyptien, par le culte d'Isis et d'Osiris. Il y avait aussi un temple de Némésis (Déesse de la vengeance dans la mythologie Grecque). Une autre inscription trouvée à Mylasa nous fournit l'une des rares données certaines sur la vie de Tacite (ou Publius Cornelius Tacitus, historien et Sénateur Romain, 56/57-v.120), l'identifiant comme Gouverneur de l'Asie entre 112-114 ap.J.C.
 

  Pour plus de détails voir aussi : La carte de Carie

 

L'histoire.......

 
   La première mention historique de la cité date du début du Ve siècle av.J.C, lorsqu'un Carien "chef" de Mylasa du nom d'Arselis est enregistré pour avoir aidé le Mermnade Gygès (ou Guges ou Gýgês, 687-652) dans sa lutte pour prendre le trône de Lydie au Roi Héraclide Candaule (ou Kandaúlês, 714-687). Le même épisode est à l'origine des comptes entourant le début du culte et l'érection de la statue de Zeus de Labranda (ou Labraundos, en Grec : Ζες Λαβρανδεύς) qui y avait son sanctuaire dans la ville voisine de Labranda. Tenue pour sacrée par les peuples à travers l'Anatolie occidentale, la statue fut rapportée de Lydie par Arselis. Parfois aussi appelé Zeus Stratios, ce fut l'une des trois divinités propres à Mylasa.


 

Morceau d'un bas relief du temple

 
   Vers 545 av.J.C. Mylasa fut soumise par le Roi Perse, Cyrus II le Grand (559-529), lors de son invasion de l'Asie Mineure et elle fut intégrée à la satrapie de Carie. Sous les Achéménides la cité fut l'une des plus importante dans les terres intérieures de la Carie. Elle fut mentionnée une seconde fois au Ve s. av.J.C, entre 460-450, dans une liste des villes qui payaient un tribut à la Ligue de Délos sous la domination Athénienne. Elle faisait partie du district de Carie qui paya un phoros (Nom donné à l'hommage fait à Athènes par les membres de la Ligue) annuel de 1.000 drachmes de 453/2 à 440/439, mais la domination Persane fut restaurée à la fin du même siècle.
 
   Lors de son règne, le Roi Perse, Artaxerxès II Mnémon (404-359), délégua le gouvernement de la province au Satrape, Hécatomnos (ou Hekatomnus ou Hécatomnus ou Hékatomnus de Mylasa ou Hekátomnôs, en Grec : 'Eκάτoμνως, 391-377). Ce dernier institua une dynastie, dont il est l’éponyme, les Hécatomnides qui régnèrent sur la Carie jusqu’à sa conquête par Alexandre le Grand (336-323) en 334 av.J.C, mais en gardant la culture et la langue Grecque. Mylasa fut à la fois sa ville natale et sa capitale. Sous le règne de son fils, Mausole (ou Maussollos ou Maussolus ou Maúsôlos, en Grec : Μαύσωλος, 377-353), Roi d'Halicarnasse, Mylasa perdit sa suprématie au profit de cette dernière, mais conserva tout de même son importance. À partir de 334 av.J.C. toute la Carie, petit à petit tomba complètement sous l’autorité du Roi de Macédoine Alexandre le Grand (336-323).
 
   Après la mort de ce dernier et les luttes pour sa succession entre ses Diadoques, l'Ouest de l'Anatolie fut attribué à Lysimaque (Roi de Thrace, 322-281). Puis la région devint la propriété des Rois de Macédoine, enfin elle échut aux Rois Séleucides, et le resta jusqu'au règne Antiochos III Mégas (223-187), qui occupa la région pour peu de temps, puisqu'à sa chute et au traité de la paix d'Apamée, en 188, elle fut donnée au royaume de Pergame d'Eumène II (ou Eumènès, 197-159), allié des Romains qui y cantonna ses forces navales. En 201/200 av.J.C, le Roi de Macédoine Philippe V (221-179), avait fait hiverner sa flotte dans la cité de Bargylia qu'il occupa, lorsqu'il fut bloqué par les flottes de Pergame et de Rhodes. La ville et sa proche région restèrent sa possession jusqu'à la fin de la Deuxième Guerre Macédonienne (200-197), orsque Philippe V après avoir été défait (En 197 à la bataille de Cynocéphales) par le Consul Romain Titus Quinctius Flamininus, dut signer la paix à Tempé, aux conditions imposées par les Romains et se retirer de la ville, et la région redevint propriété de Pergame.
 


 

Réplique du Mausolée d'Halicarnasse

   Lors de la période Gréco-romaine, bien que la ville fut comme dit plus haut souvent contestée entre les différents royaumes, elle connut une prospérité brillante, et les trois villes voisines d'Eunomos, Olymos et Labranda furent incluses dans ses territoires. Plus tard la ville changea une nouvelle fois de main et devint possession Romaine lors de la conquête de l'Anatolie (67-64 av.J.C.) par le Général Romain Pompée (106-48).
 
   En 40 av.J.C., Mylasa souffrit des guerres civiles Romaines. Le Général Quintus Labienus († 39 av.J.C.), fils du Général Romain Titus Labienus était un fidèle à la cause de la République Romaine, et après l’assassinat de Jules César (100-44) en 44, il rejoignit le camp de ses meurtriers et se mit au service de l’Empire Parthe. Cette même année, à la tête d’une de leur armée il prit la région, dont Mylasa qui subit de grands dégâts. Mais les Romains reprirent rapidement le terrain en 39 av.J.C. Durant l'Empire Romain, la ville suivit l'histoire de la région, en n'ayant plus une grande importance et restant Romaine dans la province de Carie. Elle passa ensuite possession Byzantine et fut le siège d'un évêché. Parmi les anciens Évêques de Mylasa sont identifiés Éphrem le syriaque (ou Afrêm Sûryāyâ ou Afrem Suryoyo ou Ephraim Syros ou Ephraem Syrus, v.306-373), Cyril et son successeur, Paul.

 
Bibliographie

 
   Pour d'autres détails sur la ville voir les ouvrages de :
 
Aşkidil Akarca :
- Les monnaies grecques de Mylasa, A. Maisonneuve, Paris, 1959.
Wolfgang Blümel :
- Die inschriften von Mylasa, Österreichische Akademie der Wissenschaften, Rheinisch-Westfälische Akademie der Wissenschaften, R. Habelt, Bonn, 1987-1988.
Georges Cousin :
- Mylasa et Olymos, pp : 421-439, Bulletin de correspondance hellénique 22, 1898.
Amelie Edgü, Afife Batur, Figen Kuzucu, Murat Ural et Ali Konyalı :
- Mylasa Labraunda : Archaeology and rural architecture in southern Aegean region, Milli Reasürans T.A.Ş., Istanbul, 2010.
Abuzer Kızıl :
- Uygarlıkların başkenti : Mylasa ve çevresi, Abuzer Kızıl, Milas [Muğla], 2002.
Georges Le Rider :
- Antiochos II à Mylasa. Note additionnelle, Bulletin de correspondance hellénique, 1996
Louis Robert et Pierre Devambez :
- Le sanctuaire de Sinuri près de Mylasa. 1 Les inscriptions grecques, E. de Boccard, Paris, 1945.
- Le sanctuaire de Sinuri près de Mylasa. 2 Architecture et céramique, E. deBoccard, Paris, 1959 - 1960.
Vincenzo Ruggieri, Franco Giordano, Alessandra Acconci et Jeffrey Featherstone :
- La Caria bizantina : Topografia, archeologia ed arte : Mylasa, Stratonikeia, Bargylia, Myndus, Halicarnassus, Soveria Mannelli (Catanzaro), Rubbettino, 2005.

 

 

Stratonicée  de  Carie

 


 

Le temple des Empereurs Romains
Photo avant retouches : wikimedia.org

   Stratonicée de Carie (ou Stratonikeia ou Stratoniki ou Hadrianopolis, en Grec : Στρατονικεα ou Στρατoνικη ou selon Étienne de Byzance : Στρατονίκεια, en Latin : Stratonicaea ou Stratonicée) est identifiée aujourd'hui avec la ville d'Eskihisar, dans le district de Yatağan, dans la province de Muğla, en Turquie. Le site est situé à une distance d'1 km. de la route qui relie Yatağan avec Bodrum et Mylasa (ou Milas). La zone d'influence de la cité couvrait également des petites localités voisines. Tite-Live (ou Titus Livius, historien Romain, 59 av.J.C-17 ap.J.C.) et Strabon (Géographe Grec, v.63 av.J.C-v.23 ap.J.C) mentionnent les localités de Tendeba, Astragon et Pedasa.
 
   Ce fut une cité prospère de l'intérieur de la Carie, sur le Sud de la rivière Marsyas, qui contrôlait également deux grands sanctuaires, celui de Zeus à Panamara et celui d’Hécate à Lagina. Le problème fut que posséder au niveau régional des sanctuaires importants était un puissant facteur de conflit politico-militaire. Lors des fouilles, les découvertes archéologiques ont permis de dégager des anciennes carrières de marbre, les ruines d'un théâtre, d'un odéon, d'un gymnase, d'un Nymphaion, d'un sérapéum, une fortification de fort et d'autres ruines. Elles permirent également de mettre au jour des objets funéraires en bronze, des céramique et deux tombes, près de la ville, avec des chambres.
 

  Pour plus de détails voir aussi : La carte de Carie

 

L'histoire.......

 
   Stratonicée fut une cité Grecque qui selon Strabon (Géographe Grec, v.63 av.J.C-v.23 ap.J.C) fut fondée vers 270 av.J.C. par le Roi Séleucide Antiochos I Sôter (280-261) et nommée ainsi d'après le nom de son épouse Stratonice I (ou Stratonikê, en Grec : Στρατoνίκη A').  Certains historiens ont contesté cette date et en proposent une plus récente avec comme fondateur Antiochos II Théos (261-246), voire même Antiochos III (223-187) ?. Ce qui semble certain c'est que la ville fut fondée sur le site d'une ancienne cité de Carie, Idrias, anciennement appelée, selon Pausanias (Géographe Grec, v.115-v.180) : Chrysaoris, qu'il dit être la première ville financée par les Lyciens.
 
   Si il s'agit bien de la même cité, vers 545 av.J.C., Idrias fut soumise par le Roi Perse, Cyrus II le Grand (559-529), lors de son invasion de l'Asie Mineure. Idrias fut ensuite mentionnée au Ve s. av.J.C, vers 425, dans une liste des villes qui payaient un tribut à la Ligue de Délos sous la domination Athénienne. Elle était responsable du paiement de la somme considérable de six talents, mais ne faisait pas partie de la Ligue.
 
   Dans les premiers temps Séleucides, Stratonicée fut par contre membre de la Ligue Chrysaorienne, une fédération de cités voisines de Carie, proches ethniquement, et liées par des intérêts commerciaux et aussi militaires défensivement. Elle ne fut pas admise de suite dans la Ligue mais seulement parce qu'elle contrôlait d'autres petites cités qui en faisait partie. La Ligue est attestée par une inscription en 267 av.J.C, mais était probablement encore plus ancienne. Sous les Rois Séleucides suivants, Stratonicée fut parée de splendides et couteux édifices.
 


 

L'odéon et le sérapéum

   Vers 240, la cité tomba sous la domination de Rhodes. Ils la gardèrent peu de temps puisqu'elle fut conquise en 227 par le Roi de Macédoine, Antigonos III Dôson (ou Antigone, 229-221). En 201/200 av.J.C, le Roi de Macédoine Philippe V (221-179), avait fait hiverner sa flotte dans la cité de Bargylia qu'il occupa, lorsqu'il fut bloqué par les flottes de Pergame et de Rhodes. La ville et sa proche région restèrent sa possession jusqu'à la fin de la Deuxième Guerre Macédonienne (200-197), lorsque Philippe V après avoir été défait (En 197 à la bataille de Cynocéphales) par le Consul Romain Titus Quinctius Flamininus, dut signer la paix à Tempé, aux conditions imposées par les Romains et se retirer de la ville, et la région.
 
   Les Rhodiens essayèrent à ce moment de reprendre la cité mais sans succès. Ils la récupérèrent quand même grâce au Roi Séleucide Antiochos III (223-187) qui la pris et leur donna. Après la défaite d'Antiochos III face aux Romains et la signature de la paix d'Apamée en 188 av.J.C., Stratonicée fit partie du territoire laissé par Rome aux Rhodiens. Ces derniers ne la gardèrent pas longtemps non plus puisqu'elle fut reprise par les Romains en 167/166 av.J.C. et devint une fidèle alliée de Rome. En récompense de cette fidélité les Romains lui attribuèrent le statut de ville libre. Il fut renouvelé lors de la création de la province de Carie en 133 av.J.C.
 
   Aristonicos (ou Aristonikos ou Aristonicus ou Eumène III ou Eumènès III, 133-129), second fils du Roi de Pergame Eumène II, à la mort de son demi-frère Attalos III Philométor (ou Attale ou Attalus, 138-133) qui légua son royaume à Rome, se servit d'Héraclée du Latmos et de Bargylia comme base pour son insurrection. Il déclencha une révolte et afin de grossir les rangs de ses partisans, il essaya d'obtenir un soutien en promettant la liberté aux cités Grecques de la côte. Certaines villes se rallièrent à la révolte, mais d'autres par peur des Romains, ne voulurent pas apporter leur assistance. Aristonicos considérant qu'il était désormais le Roi légitime enleva de force ces résistantes. Puis il chercha de l'aide à l'intérieur de l'Asie Mineure avec la promesse de la liberté pour les esclaves et les serviteurs. Malheureusement pour lui tout cela sans succès et les cités furent réincorporées à la Province Romaine d'Asie.


 

Monnaie de Stratonicée

 
   En 89/88, lors de la Première Guerre de Mithridate (89/88-85) des Romains contre le Roi du Pont Mithridate VI (120-63) ce dernier conquis et occupa la cité. Après sa reconquête pour les Romains par le Général et Consul Sylla (ou Lucius Cornelius Sulla Felix, 138-78), celui-ci honora les habitants pour leur fidélité et leur aide et en 81 il confirma une fois encore le statut de ville libre.

 
   En 40 av.J.C., comme beaucoup de ville de la région Stratonicée souffrit des guerres civiles Romaines. Le Général Quintus Labienus († 39 av.J.C.), fils du Général Romain Titus Labienus était un fidèle à la cause de la République Romaine, et après l’assassinat de Jules César (100-44) en 44, il rejoignit le camp de ses meurtriers et se mit au service de l’Empire Parthe. Cette même année, à la tête d’une de leur armée il prit la région et assiégea Stratonicée mais en vain. Les Romains reprirent le terrain en 39 av.J.C. et là encore ils confirmèrent son statut en remerciement de sa lutte et d'avoir tenu face à Labienus.
 
   Durant l'Empire Romain, la ville suivit l'histoire de la région, gardant son statut de cité libre dans la province de Carie, sauf sous le règne de l'Empereur Vespasien (69-79 ap.J.C.), pour des raisons inconnues, mais dès l'Empereur Domitien (81-96 ap.J.C.), elle retrouva sa liberté. Depuis vers 165 av.J.C., Stratonicée fut autorisée à battre sa propre monnaie, privilège qu'elle garda jusque sous le règne de l'Empereur Gallien (253-268). Stratonicée fut Christianisée tôt. Seulement trois de ses Évêques sont connus, par leurs signatures aux conseils : Eupeithus, au concile de Chalcédoine (451) ; Theopemptus, au concile de Constantinople (692) et Gregory, au Concile de Nicée (787).

 
Bibliographie

 
   Pour d'autres détails sur la ville voir les ouvrages de :
 
George Ewart Bean :
- Stratonikeia, The Princeton Encyclopedia of Classical Sites, Princeton University Press, Princeton, 1976.
Sara Bélanger :
- Le sort des cit"s hell"nistiques au coeur des conflits entre Mithridate et Rome : Le cas de Stratonicée de Carie, Université de Laval, 2008.
Hans Kaletsch :
- Stratonikeia 2, Der Neue Pauly (DNP), Band 11, Metzler, Stuttgart, 2001.
Ibrahim Hakan Mert :
- Untersuchungen zur hellenistischen und kaiserzeitlichen Bauornamentik von Stratonikeia, Wasmuth, Tübingen 2008.
Ramazan Özgan :
- Die skulpturen von Stratonikeia, Asia Minor Studien. Band 32, Habelt, Bonn, 1999.
Walther Ruge :
- Stratonikeia, Paulys Realencyclopädie der classischen Altertumswissenschaft (RE), Band IV A,1, Stuttgart, 1931.
Vincenzo Ruggieri, Franco Giordano, Alessandra Acconci et Jeffrey Featherstone :
- La Caria bizantina : Topografia, archeologia ed arte : Mylasa, Stratonikeia, Bargylia, Myndus, Halicarnassus, Soveria Mannelli (Catanzaro), Rubbettino, 2005.
Mehmet Çetin Şahin :
- Die inschriften von Stratonikeia. Teil 1 : Panamara, Habelt, Bonn, 1981.
- Die inschriften von Stratonikeia. Teil 2.1 : Lagina, Stratonikeia und Umgebung, Habelt, Bonn, 1982.
- Die inschriften von Stratonikeia. Teil 2.2 : Neue Inschriften und Indices, Zusammenarbeit mit Arminda Lozano-Velilla, Habelt, Bonn, 1990.
- The inscriptions of Stratonikeia. Part III, Habelt, Bonn, 2010.
Riet Van Bremen :
- La communauté de Panamara entre Rhodes et Stratonicée de Carie : Autour de la date d’un décret des Panamaréens dans le Fonds Louis Robert, Comptes rendus des séances de l'Académie des Inscriptions et Belles-Lettres, PERSEE, 2008.

 

 

Pour voir correctement les traductions des noms en Grec ancien,
vous pouvez télécharger et installer la police de caractère jointe.
  Copyright © Antikforever.com