Quelques Divinités du panthéon :
Aton
 

Nous avons besoin de vous

 

 
Sommaire
 

Fonction et origine
Ses représentations et symboles
Le culte d'Aton
Aton et les autres Dieux
Aton et la religion monothéiste
Légendes et mythes
Bibliographie

 

Linteau affichant Aton
- XVIIIe Dynastie - Musée Rosicrucian
- San Jose

Photo avant retouches : wikimedia.org
 
JTn

 


 

Détail d'une fresque montrant
Akhénaton et Néfertiti devant
Aton - Musée Égyptien du Caire

Fonction et origine

 
   Aton (ou Aten ou Atonou) est le Dieu du disque solaire. Il était considéré comme l'esprit qui encourage la vie sur Terre. Il est surtout connu comme le Dieu suprême sous le règne du Pharaon Amenhotep IV (ou Akhénaton, 1353/52-1338 - XVIIIe dynastie), qui lui donna ce statut par sa réforme religieuse entreprise à la période d'Amarna (ou Akhétaton). Cependant son origine est bien plus ancienne en tant que principe du Dieu Atoum-Rê, comme le décrivent les Textes des Pyramides de la fin de l'Ancien Empire (2647-2150) qui le présentent sous sa forme physique du disque solaire, originaire d'Héliopolis. On trouve aussi des traces de ce Dieu au début de la XIIe dynastie (1991-1783) au cours du règne d'Amenemhat I (1991-1962) dans l'histoire de Sinouhé, où le mort vol au ciel pour rejoindre Aton, la chair divine qui l'avait engendré. Lors de la XVIIIe dynastie le nom d'Aton est de nouveau utilisé sous Thoutmosis I (1504-1492). On trouve également des références nombreuses à Aton sous les règnes d'Amenhotep II (1428/27-1401) et Thoutmosis III (1479-1425), qui vont gagner en force sous le règne d'Amenhotep III (1390-1353/52).
 
   L'augmentation de l'influence du culte du Dieu Soleil fut progressive. Il ne fut pas seulement compartimenté à ce rôle, mais prit une dimension plus universelle en tant que créateur et géniteur de toutes choses, y compris d'autres Dieux. Ainsi, chaque divinité fut simplement identifiée comme une manifestation d'Aton. La base de la théologie Amarnienne étaient donc déjà solidement ancrée bien avant le début du règne d'Amenhotep IV. Le syncrétisme des croyances religieuses lors de la XVIIIe dynastie évolua pour devenir un culte "monothéiste" distinct autour du Dieu soleil. Comme pour les Pharaons, le nom d'Aton fut écrit dans un cartouche, une autre rupture avec la tradition antique. Au début du règne d'Amenhotep IV, Aton était vénéré sous le nom Rê-Horakhty "Que vive". Le statut de Dieu suprême d'Aton ne dura qu’un règne puisque le clergé d'Amon fut rétabli à ce rang sous Toutânkhamon (1336/35-1327). La ville d'Amarna (ou Akhétaton) fut abandonnée et la cour retourna à Thèbes.

 

Ses représentations et symboles

 
   À l'origine, Aton était représenté comme un être humain avec une tête de faucon et portant le disque solaire avec un serpent uræus, symbole de la royauté. Sous le règne du Pharaon Amenhotep IV (ou Akhénaton, 1353/52-1338 - XVIIIe dynastie) on le trouve comme un disque solaire duquel descendent des rayons se terminant par des petites mains qui offrent au Pharaon et à sa famille le symbole de la vie (Croix ânkh).
 
   Ses symboles étaient :
Ses attributs divins : Rayons solaires terminés par des mains (période Amarnienne)
 
Animaux, couleur et élément : Aucun animal, couleur ou élément n'est attribué à Aton.

 


 

Fragment de relief représentant Akhénaton
et sa famille protégés par Aton -
Ägyptisches Museum - Berlin

Le culte d'Aton

 
   Durant son règne, le Roi Amenhotep III (1390-1353), donna à Aton un rôle primordial. Mais ce fut surtout son fils, Amenhotep IV (ou Aménophis ou Akhénaton, 1353/52-1338) qui lui donna un sens spécial en en faisant le Dieu dynastique de l'Égypte au détriment d'Amon. Le Pharaon prit alors le nom d'Akhénaton, "celui qui est utile à Aton", il donna aussi à ses enfants des noms comprenant le nom d'Aton. Il transforma le grand temple du Dieu Amon-Rê à Karnak (Thèbes) en lui accolant tout un complexe cultuel dédié au disque solaire. En l'an 5 de son règne, il fit construire en son honneur une ville : Akhétaton, "l'Horizon d'Aton" (ou Amarna, Actuelle Tell el-Amarna en Moyenne-Égypte) qui devint sa capitale. Aton devint alors le Dieu unique, considéré comme la puissance universelle qui dispensait aux humains, la lumière, la vie et la chaleur.
 
   Symbolisé par le Soleil à partir duquel les rayons transmettaient la vie sur terre, Aton n'eut pas d'autres formes tangibles que le disque visible du soleil qui brillait dans le ciel tous les jours. Il ne peut donc être représenté par une image taillée ou une idole. Gravé sur un mur de la tombe du Pharaon Aÿ II, qui est considéré comme le père de Néfertiti, il a été découvert un Hymne au soleil dédié au Dieu Aton par Amenhotep IV : ".... Ho Disque Solaire de vie comme tu es beau, grand, lumineux, tes rayons qui entourent la terre au bord de tout ce que tu as créé.... tu es le Dieu unique que personne n'égale"...tu as créé la terre selon ton désir et les hommes et le bétail, et tout ce qui est dans les cieux...". Le culte du Dieu vivant devait être pour des générations, la personnification divine du Pharaon lui-même.
 
   Le Pharaon, avec sa Grande Épouse Royale, Néfertiti, fut le seul représentant d'Aton auprès de ses sujets, intercesseur entre eux et le Dieu, et le seul habilité à procéder aux rites sacrés et à toutes les représentations de ce culte. Néfertiti sera souvent représentée entrain de faire les rituels quotidiens dans le grand temple d'Aton à Amarna (ou Akhétaton). Les fidèles pouvaient se passer de Prêtres pour faire l'intermédiaire entre eux et le Dieu, puisqu'ils le voyaient chaque jour renaître. Ils s'adressaient directement à lui par deux prières principales, qui sont réputées avoir été inspirées par le souverain lui-même. Au cours des neuf premières années de la période Amarnienne, Aton fut identifié avec Rê-Horahkty et Shou en tant que symbole de la lumière. Le statut de Dieu suprême d'Aton ne dura qu’un règne puisque le clergé d'Amon est rétabli à ce rang sous Toutânkhamon (1336/35-1327). La ville d'Amarna (ou Akhétaton) fut abandonnée et la cour retourna à Thèbes. Des prières et des hymnes à Aton ont été retrouvés dans la tombe d'Amenhotep IV, ils remplaçaient les traditionnels textes funéraires. Le plus célèbre est le "Grand Hymne à Aton" que les spécialistes pensent rédigé par le Pharaon lui-même.

 


 

Ânkhesenamon et Toutânkhamon,
protégés par Aton détail du fauteuil
trouvé dans la tombe de
Toutânkhamon -
Musée Égyptien du Caire

Aton et les autres Dieux

 
   Il est à noter que contrairement à une idée très répandue, le Pharaon Amenhotep IV n'a pas aboli l'ancien système de la théologie. Il y a apporté des changements, probablement plus par motivation politique que par croyance en un culte des astres qui était trop abstrait pour la mentalité des Égyptiens de l'époque. Toutefois, afin que cette réforme soit efficace, sa seule option était de l'imposer par l'autorité. De ce fait vers la fin de son règne il interdit les cultes des anciens Dieux et retira leur pouvoir aux Prêtres du culte du puissant et riche Amon. Comme preuve de cette théorie les nombreux syncrétismes associant Aton à d'autres divinités. Quelques divinités se sont toutefois maintenues comme Maât ou les deux Déesses de la couronne, Ouadjet et Nekhbet.
 
   Le fait que les souverains faisaient chaque année des sacrifices au culte solaire était déjà un fait avant Amenhotep IV, qui, il est vrai le sublima d'une façon magistrale. Le culte d'Aton fut loin d'être pratiqué que dans sa ville consacrée, il fut imposé dans les sanctuaires des Dieux majeurs dans tout le pays, par la création d'un groupe de prédicateurs de la nouvelle religion, en charge de prêcher la bonne parole dans tout l'Égypte. À Héliopolis par exemple on a trouvé les vestiges d'un monument dédié au disque solaire et à Karnak une expansion du culte d'Aton éclipsa le Dieu Amon. Par contre, dans le Delta du Nil, il n'a jamais, à aujourd'hui, été trouvés d'inscriptions dédiées au Dieu Aton. Ce culte n'était pas naturel pour les Égyptiens mais imposé, il eut donc de grosses difficultés à s'imposer sur l'ensemble du territoire. Le premier monothéisme au monde pour certains, était plutôt un hénothéisme ou une monolâtrie qui dura plus de 15 ans, qui reconnaissait l'existence de plusieurs Dieux, mais qui en vénérait un de préférence, voire à exclure des autres.

 

Aton et la religion monothéiste

 
   Beaucoup de spécialistes pensent que l'Atonisme fut le précurseur de Judaïsme, qui reprit nombre de ses concepts et vit le jour dans la population Juive d'Égypte moins d'un siècle plus tard. Cette thèse est soutenue par exemple dans essai de Sigmund Freud "Moïse et le monothéisme". Un des facteurs principaux de cette théorie est le suivant : Amenhotep IV consacra beaucoup d'attention à sa nouvelle capitale Amarna (ou Akhétaton) et délaissa le reste de l'Égypte qui entra dans le déclin. Après lui montèrent sur le trône en tant que Pharaon Toutankhamon et Aÿ II. Ce dernier fut le souverain sacrificateur d'Amarna (ou Akhétaton). Bien qu'il fut à l'origine un fidèle d'Aton, Aÿ II se rendit compte qu'il était nécessaire pour le pays de pratiquer un retour aux anciens Dieux. Les Prêtres d'Aton ne voulurent pas se convertir et ils furent expulsés avec les masses des fidèles d'Aton. En compensation, Aÿ II leur fit des dons et les envoya coloniser le pays de Canaan, où les Prêtres s'établirent dans le Sud, sur le territoire de Juda, tandis que les fidèles laïcs installèrent dans le Nord. Selon cette théorie, Aÿ II était tellement respecté en tant que Père Divin qu'il était vénéré comme une incarnation de Dieu. Dans la version Araméenne de l'Ancien Testament, Dieu est appelé Ay et non Yahvé, et le mot Adonaï, utilisé par les Juifs pour éviter de dire à haute voie le nom de Dieu, signifie Seigneur Ay.


 

Bloc de pierre représentant Akhenaton en sphinx
trouvé Amarna - Musée Kestner - Hanovre


   Clément d'Alexandrie (Un des Pères de l'Église, v.150-v.220) en 200 av.J.C fut l'un des premiers à parler d'une similitude remarquable entre les symboles Égyptiens et ceux utilisés par les anciens Hébreux. Il convient également de rappeler la forte similarité de certains psaumes biblique, qui chantent la gloire de Dieu dans la création, avec "l'Hymne au soleil d'Akhenaton", trouvé dans la tombe d'Aÿ II. La relation entre le culte d'Aton et Moïse peut être expliquée par l'éducation que Moïse reçut à la cour du Pharaon, sous le règne duquel il naquit. Une proposition de concordances historiques suggère que la fille de Pharaon (dans la Bible, Pharaon est le nom propre), adopta Moïse à une époque où commença le culte d'Aton, peut-être la Reine Ânkhesenpaaton (qui devint Ânkhesenamon), troisième fille d'Amenhotep IV et de Néfertiti, puis Grande Épouse Royale de Toutankhamon. Bien qu'il n'y ait absolument aucune pertinence historique à cet égard, selon certains chercheurs, il est probable qu'elle épousa à la mort du jeune Pharaon, son successeur Aÿ II. D'autres sources avancent la possibilité que la femme qui adopta l'enfant est la même que la première épouse d'Horemheb, (successeur d'Aÿ II - 1223-1295), Moutnedjemet, qui aurait été la sœur de Néfertiti.
 
   Après l'épisode des 10 plaies imposées aux Égyptiens, les Juifs furent expulsés du pays. À cet instant un point de discussion est intéressant. Selon plusieurs spécialistes, le but de ces fléaux n'était pas, comme certains l'affirment, pour convaincre le Pharaon de libérer les juifs, mais plutôt de démontrer la grandeur du Seigneur au peuple Égyptien. Outre Sigmund Freud, il convient de mentionner parmi les spécialistes qui on le plus contribué à cette recherche sont Joseph Campbell, Jan Assmann, Ahmed Osman et Ralph Ellis. Selon une autre théorie de Manéthon, dans une histoire rapportée par Flavius Josèphe (ou Titus Flavius Josephus ou Josèphe ben Mattathias, historien Juif, 37-v.100), Moïse était un Prêtre du Dieu Osiris à Héliopolis. Enfin certains chercheurs prétendent que le monothéisme avait déjà été introduit en Égypte par Joseph (voir le Livre de la Genèse) et que Aton était essentiellement un ersatz du Dieu des Juifs.

 

Légendes et mythes

 
   Il n'y a pas de légendes particulières se rapportant à ce Dieu comme il en existe pour tant d'autres comme Horus, Seth etc ... Contrairement à ce que l'on pense, des dizaines de Dieux du panthéon Égyptien cohabitaient avec Aton, mais "le Soleil" était au centre d'une vénération particulière et représentait probablement mieux que d'autres le divin dans un sens universel. Cette étoile fut le protagoniste du premier épisode dans le cadre de la religion Égyptienne, de l'hérésie monothéiste, ou plus exactement hénothéiste, comme un Dieu représentant toutes les divinités.
 

Bibliographie

 
   Pour d'autres détails sur le Dieu voir les ouvrages de :
 
Jan Assmann :
- Ägypten. Theologie und frömmigkeit einer frühen hochkultur. 2., Auflage, Kohlhammer, Stuttgart, Berlin, Köln, 1991.
- Theologie und weisheit im alten Ägypten, Fink Wilhelm GmbH + Co.KG, München, Décembre 2004.
Mary Barnett et Michael Dixon :
- Gods and myths of ancient Egypt, Smithmark, New York, 1996 - En Allemand, Götter und Mythen des alten Ägypten, Verlag Gondrom, 1998 - En Français, Les dieux et les mythes de l'Egypte ancienne, Thames & Hudson Editeur, 1998.
Robert Steven Bianchi :
- New light on the Aton, GM 114, Seminars für Ägyptologie und Koptologie der Universität Göttingen, Göttingen, 1990.
Hans Bonnet :
- Lexikon der Ägyptischen religionsgeschichte, Nikol-Verlag, Hamburg, 2000 et 2005.
Jacques-Joseph Champollion-Figeac, Léon Jean-Joseph Dubois et David Roberts :
- Panthéon égyptien, J. de Bonnot imprimerie, Paris, 2006.
Marianne Doresse et Jean Doresse :
- Le culte d'Aton sous la XVIIIe Dynastie avant le schisme Amarnien, Imprimerie Nationale, Geuthner, Paris, 1945.
Rolf Felde :
- Ägyptische gottheiten, Rolf Felde, Wiesbaden, 1988 et 1995.
Lucia Gahlin, Olivier Fleuraud et Isabelle Fleuraud :
- L'Egypte : Dieux, mythes et religion : Un voyage dans le monde fascinant des mythes et de la religion de l'ancienne Egypte, EDDL, Paris, Janvier 2001.
Lucia Gahlin et Lorna Oakes :
- The mysteries of ancient Egypt : An illustrated reference to the myths, religions, pyramids and temples of the land of the pharaohs, Lorenz, London, 2003.
Pierre Grandet :
- Hymnes de la religion d'Aton : (Hymnes du XIVe siècle avant J.-C.), Éditions du Seuil, Paris, 1995.
Marianne Guentch-Ogloueff :
- Une communication sur le culte solaire sous la XVIIIe dynastie avant le schisme atonien, Journal Asiatique 235, Guethner, Paris, 1945.
Roland Harari et Gilles Lambert :
- Dictionnaire des dieux et des mythes égyptiens, Le grand livre du mois, 2002.
Géraldine Harris :
- Gods & Pharaohs from Egyptian Mythology, Eurobook Limited, London, 1981.
George Hart :
- A Dictionary of Egyptian Gods and Goddesses, Routledge & Kegan Paul Inc, London, 1986.
Erik Hornung :
- Echnaton : Die Religion des Lichts, Artemis & Winkler, Düsseldorf, Zürich, 2000 et Patmos, 2003 - En Anglais, Akhenaten and the religion of light, Cornell University Press, London, Janvier 2001.
- Der eine und die vielen : Agyptische Gottesvorstellungen, Wiss. Buchges, Darmstadt, 1971 - Wissenschaftliche Buchgesellschaft, 1971-2008.
Manfred Lurker et Patrick Jauffrineau :
- Dictionnaire des Dieux et des symboles des anciens Égyptiens : Le monde magique et mystique de l'Egypte, Pardès, Puiseaux, 1994 - En Allemand, Lexikon der Götter und Symbole der alten Ägypter, Scherz Verlag, 1998.
Alexandre Piankoff :
- Les grandes compositions religieuses du Nouvel Empire et la réforme d'Amarna, pp : 207-218, BIFAO 62, Le Caire, 1964.
Charles F.Pfeiffer :
- Tell el Amarna and the Bible, Baker Book House, Grand Rapids, 1963.
Donald Bruce Redford :
- The ancient gods speak : A guide to Egyptian religion, Oxford University Press, Oxford, New York, Juin 2002.
Emily Teeter :
- Religion and ritual in ancient Egypt, Cambridge University Press, Cambridge, New York, 2011.
Mario Tosi :
- Dizionario enciclopedico delle Divinità dell'Antico Egitto, Ananke, Torino, 2004-2006.
Pascal Vernus et Erich Lessing :
- Les Dieux de l'Égypte, Imprimerie Nationale, Paris, Octobre 1998 - En Anglais, Traduction Jane M.Todd, The gods of ancient Egypt, George Braziller, 1998.
Richard H.Wilkinson
- The complete gods and goddesses of ancient egypt, Thames and Hudson, New York, Mars 2003 et Septembre 2005 - En Espagnol, Todos los dioses del Antiguo Egipto, Oberön, Madrid, 2003 et Juin 2004 - En Allemand, Die welt der götter im alten Ägypten : Glaube, macht, mythologie, Theiss, cop. Stuttgart, Septembre 2003 - En Français, Dictionnaire illustré des Dieux et Déesses de l’Égypte ancienne, Gollion, Infolio, Novembre 2006. 

 

 
 
Pour voir correctement les translittérations des titulatures des Dieux et des Déesses,
vous pouvez télécharger et installer la police de caractère jointe.
 Copyright © Antikforever.com