Quelques Divinités du panthéon :
Osiris
 

Nous avons besoin de vous

 

 
Sommaire
 

Origine et fonction
Ses représentations et symboles
Ses lieux de cultes principaux
Le culte d'Osiris
Légendes et mythes
Bibliographie

 

 

 
wsjr

 

 

Origine et fonction

 
   Osiris est son nom Grec Όσιρις, son nom Égyptien fut Ousir (ou Asar ou Ausar ou Asir ou Asari ou Aser ou Ausir ou Iousires ou Ouesir ou Ounen-Néfer "L'éternellement beau" ou "Siège de l'œil du soleil" ou "L'œil puissant") et Khentamentiou (ou Khenty-Imentyou) "Celui qui est à la tête des Occidentaux (des défunts)". En 1980, John Gwyn Griffiths proposa que Wsjr Ousir ou Ouser signifie "le Puissant". Une des plus anciennes attestations du Dieu Osiris apparaît dans le mastaba du défunt Netjer-ouser (Dieu-puissant). En 1987, Wolfhart Westendorf proposa l'étymologie Waset-jret : "Celle qui porte l'œil". En 1985, David Lorton émit l'hypothèse que Wsjr fut un mot composé issu du morphème set associé à jret, set-jret signifiant "l'activité rituelle". Osiris serait alors "Celui qui bénéficie de l'activité rituelle".
 
   Osiris est l'une des principales divinités du panthéon Égyptien. Cependant ses origines restent encore très obscures. En l'état des connaissances on pense qu'il tire son origine de la fusion de Dieux locaux des deux principales villes qui vont le vénérer, Khentamentiou (Dieu-chacal) à Abydos et Andjty à Bousiris (ou Busiris, près de la ville moderne de Abu Sir Bana, sur la branche de Damiette dans la partie centrale du Delta du Nil). À son origine, Osiris était un Dieu de la terre, des forces végétales, de la fertilité et du renouveau de la végétation (de l'agriculture). Il était aussi la personnification de la terre fertile du Delta et de la disparition et réapparition de l'étoile Sothis. Puis lorsqu'il fut tué par son frère Seth il devient le Dieu des morts et de la résurrection dans le monde souterrain. Il fut le Roi de ce monde de l'au-delà et fut le maître et le protecteur du défunt. Il présidait également le tribunal divin chargé de juger l'âme des défunts.


 

Représentation d'Osiris dans sa
forme la plus courante

 
   De ce fait Osiris, en tant que souverain des morts, fut un Dieu particulièrement vénéré. Grâce à l'amour d'Isis, sa parèdre, Osiris put renaître après sa mort. Il incarnait donc le renouveau de la vie. Grâce à lui tout homme, s'il passait positivement le dernier jugement, pouvait revire. Celui qui est jugé "juste de voix" verra son nom précédé du qualificatif "Osiris". Dans les Textes des Pyramides, le Roi (ou Pharaon) défunt est identifié à Osiris. En tant que souverain des morts, Osiris fut aussi parfois appelé "Roi de la vie". Il fut le fils de Geb et de Nout, le frère et époux d'Isis et le père d‘Horus
 
   Selon Bernard Mathieu, l'apparition d'Osiris résulte d'une décision royale, car son culte se diffuse soudainement sur l'ensemble du territoire Égyptien. Osiris est d'abord attesté dans le milieu de la Ve dynastie (2465-2323), mais selon John Gwyn Griffiths il est probable qu'il fut adoré beaucoup plus tôt. Le nom Khentamentiou remonte au moins à la Ière dynastie (v.3050/3040-2828). La plupart des informations dont nous disposons sur les mythes d'Osiris sont dérivées des allusions contenues dans les Textes des Pyramides, datant de la fin de la Ve dynastie (2465-2323). Plus tard de nouveaux documents servirent de base tels que la stèle de Chabaka (716-707/06) et beaucoup plus tard, dans les récits d'auteurs Grecs, dont Plutarque (Philosophe, biographe et moraliste Grec, 46-v.125) et de Diodore de Sicile (Historien et chroniqueur Grec, v.90-v.30).
 
   Dès la Ve dynastie, Osiris fut incorporé à l'Ennéade Héliopolitaine. A partir de la XVIIIe Dynastie (1549-1295), il fut probablement le Dieu le plus adoré en Égypte. Sa popularité demeura jusqu'aux dernières heures de l'Égypte pharaonique et même des Empereurs Romains, lui firent des offrandes dans ses temples. Certaines parties de cette mythologie Osirienne ont incité des comparaisons avec les croyances et pratiques Chrétiennes. L'égyptologue Ernest Alfred Thomson Wallis Budge propose des connexions possibles ou parallèles dans l'histoire de la résurrection d'Osiris avec celle trouvée dans le Christianisme, de la Vierge Marie et son enfant.


 

Statue d’Osiris
- Musée du Louvre

 

Ses représentations et symboles

 
   Osiris est un Dieu anthropomorphe. À son aspect humain, s'ajoute l'aspect de momie que lui donne le linceul blanc dans lequel il est enveloppé. Cet aspect fait allusion au monde des morts sur lequel règne Osiris. Il est toujours représenté statique, assis ou plus souvent, debout mais jamais en marche. Il peut être parfois représenté entouré de ses sœurs Isis et Nephtys. Il arrive quelques fois qu'il soit représenté allongé. Cela renvoie à l'histoire de "l'Osiris végétant". Il est montré sous la forme humaine, les bras croisés sur la poitrine, portant la couronne Atef, momifié et gainé dans un linceul de lin qui ne laisse apparaître que sa tête et ses mains nues qui tiennent les attributs royaux. On le représente souvent, un animal sacrifié face à lui. Sa peau, est soit verte, soit noire.
 
   Ses symboles étaient :
Ses attributs divins : Le pilier Djed, symbole de stabilité et de durée.
 
Ses emblèmes étaient : La crosse Heka, le fouet rituel Nekhekh, la couronne Atef bordée de plumes, le collier Ouselth.
 
Animaux, couleur et élément : Osiris n'avait pas d'animal qui lui soit rattaché. Ses éléments étaient la terre et l'eau et sa couleur le vert couleur de la végétation.
 
Les fêtes en son honneur : En tant que Dieu de "l'agriculture" les grandes fêtes Osiriennes avaient lieu durant le mois de Khoiak (ou Koiak - kA Hr kA - 17 Octobre-15 Novembre) entre le retrait des eaux du Nil et les premières semailles. À cette période étaient utilisés dans le domaine funéraire des statuettes appelées "Osiris végétant".

 

Ses lieux de cultes principaux

 
   Ses lieux de culte principaux furent :
Bousiris (ou Busiris, près de la ville moderne de Abu Sir Bana, sur la branche de Damiette dans la partie centrale du Delta du Nil), dont le nom évoque le Dieu, qui fut le plus important des lieux de culte exclusivement consacrés à Osiris.

Pendentif du Roi Osorkon II - La Triade
Osirienne - Abydos - XXIIe dynastie
- Musée du Louvre

 
Les sanctuaires de : Biggeh, Héliopolis, le mettant en lien avec , Memphis et Sais.
 
Abydos (Haute-Égypte), où il aura un magnifique temple plusieurs fois reconstruit et embelli au fil des siècles. La cité d'Abydos était la porte reliant le monde des vivants au monde souterrain et le lieu de la "Grande Procession" annuelle en l'honneur d'Osiris. Il y fut reconstitué une "tombe d'Osiris", l'Osireion. Successivement de la Ière (v.3050/3040-2828) à la XXVIe dynastie (664-525), neuf ou dix temples dédiés à Osiris furent construits sur le seul site de la ville.
 
D'autres sépultures d'Osiris on été identifiées, dont la sépulture récemment découverte de Gizeh, celle de Philae près du grand temple d'Isis et celles de Dendérah (ou Tentirys) et Karnak.
 
Il faut noter qu'en fait, tout tombeau fut un temple dédié à Osiris, puisque par la renaissance de ce Dieu, tout homme devenait un Osiris.
 
Selon la tradition, dans les quatorze endroits où Seth enfouit chaque partie du corps d'Osiris, les Égyptiens érigèrent un temple. Comme à Abydos où il y aurait eut sa tête, à Bousiris (ou Busiris) son épine dorsale, à Létopolis (ou Sekhem) son épaule gauche, à Athribis son cœur, à Memphis où fut également déclaré sa tête etc...

 

                   Le culte d'Osiris

 
   Le culte d'Osiris, qui était essentiellement un Dieu de la régénération et de la renaissance, avait un intérêt particulièrement fort dans le concept de l'immortalité. Comme vu plus haut Osiris tire son origine de la fusion de Dieux locaux des deux principales villes qui vont le vénérer, Khentamentiou (ou Khenty-Imentyou) (Dieu-chacal) à Abydos et Andjty à Bousiris (ou Busiris). Du premier il semble tirer son rôle royal et du second, il prend le titre de "Celui qui est à la tête des Occidentaux (des défunts)". Parce qu'il est à la fois Dieu funéraire et souverain des morts, Osiris fit l'objet d'un culte unanime de la part de toute la population. Le fait qu'il prédestinait au jugement une fois la mort survenue expliquait l'enthousiasme que les Égyptiens mettaient à le célébrer. Abydos fut la cité d'Osiris et dès les premières dynasties, les Rois se rapprochèrent de la ville en raison de la présence de Khentamentiou.
 
   Les souverains des Ière (v.3050/3040-2828) et IIe dynasties (2828-2647) s'y firent inhumer. Ce fut à partir des Ve (2465-2323) et VIe dynasties (2321-2150), que Khentamentiou fut progressivement identifié à l'Osiris de Basse-Égypte. L'assimilation faite, le culte prit au sein même de la cité d'énormes proportions. Au Moyen Empire (2022-1650), Abydos devint un lieu de dévotion très populaire. On y vint en pèlerinage de tout le pays, d'autant que le clergé de la ville avait bien vite proclamé qu'il détenait la tête du Dieu. Successivement de la Ière (v.3050/3040-2828) à la XXVIe dynastie (664-525), neuf ou dix temples dédiés à Osiris furent construits sur le seul site de la ville. Beaucoup d'Égyptiens voulaient se rapprocher du Dieu surtout à l'approche de leur mort.
  

 

Représentation d'Osiris dans le Livre des Morts

   Ils se firent aménager de petits cénotaphes en briques, ou dresser des stèles en pierre dans la zone située entre le temple d'Osiris et les nécropoles. Le temple fut d'abord dédié à Khentamentiou, puis à partir de la XIIe dynastie (1991-1783), il le sera à Osiris. D'origine très ancienne, il avait été construit en briques. Seuls chambranles et linteaux étaient en pierre. C'est ce qui explique la disparition presque totale des vestiges de ce temple. De part la présence mythique d'Osiris, plusieurs Rois et Pharaons firent bâtir leur temple funéraire à Abydos. Sésostris III (1878-1843) fut le premier d'entre eux. Par analogie, le Roi ou le Pharaon vivant et régnant était un Horus et mort, il devenait un Osiris. En fait pour les Égyptiens toutes funérailles étaient un culte à Osiris.
 
   Il fallut tout de même attendre le Moyen Empire pour que le commun des mortels put avoir la possibilité d'être associé à cet espoir de renaissance offert par Osiris. En ouvrant la voie de la renaissance, le Dieu offrait aux hommes les clefs d'un nouveau royaume, celui de l'au-delà. C'est la raison pour laquelle il était prié durant les différentes phases menant à l'inhumation du mort : Embaumement, rituel d'ouverture de la bouche, procession, etc... Les souverains morts et embaumés sont toujours représentés en Osiris, enveloppés du suaire blanc, coiffés de la couronne Atef, portant les insignes royaux du Dieu.
 
   On trouvait aussi le culte du Dieu sous la forme de l'"Osiris végétant" également connu comme "grain momie". C'était une pratique funéraire qui fut en usage dès la XVIIIe dynastie (1549-1295). Elle symbolisait le cycle d'Osiris comme Dieu de la végétation qui au cours de l'inondation de la Nil, resta enseveli sous la boue et renaquit sous la forme du blé semé à la fin au printemps. L'adjectif "végétatif" est né de la nature divine en tant que Dieu de la fertilité des champs, mais était aussi connu comme "vert" comme indiqué dans l'Aegyptiaca de Manéthon, dans le Canon de Turin et les Textes des Pyramides, où représenté dans les peintures murales aux funérailles où sa peau est de cette couleur. La cérémonie se composait de statuettes posées à côté de la momie dans les tombes. Elles étaient composées de deux formes, une pour l'avant et l'autre pour l'arrière, en argile ou en bois qui étaient ensuite remplis de boue et de céréales et parfois enveloppées dans du lin. Après un certain temps après le dépôt dans les tombes, les céréales commençaient à germer. Cette croissance presque miraculeuse du blé exprimait, pour les initiés, la nouvelle vie du défunt et était liée au culte des mystères d'Osiris.
 
   Une autre pratique propitiatoire, qui était réalisée avant le semis, était de modéliser avec du limon le corps momiforme du Dieu et d'y planter les graines qui germaient et envahissaient la statue. Ensuite celle-ci était portée en procession sur la barque sacrée du Dieu appelé Neshmet. Ces statues de blé permettent de comprendre comment la résurrection des morts était l'un des traits constants et principe fondamental de la religion Égyptienne. Une légende est née autour de ces grains de blé trouvés dans les tombes, qui auraient germé après 3000 ans. En fait, en 1930, le British Museum a bien examiné ces statues, mais les savants avaient établi sans aucun doute que les graines semées non seulement n'étaient plus fertiles et aussi qu'elles étaient décomposées.
 
   Le culte d'Osiris continua jusqu'au VIe siècle ap.J.C sur l'île de Philae dans le Haut-Nil. Le décret Théodosien de 390, ordonnant de détruire tous les temples païens, ne fut pas appliqué dans l'île. Le culte d'Isis et d'Osiris fut autorisé à continuer à Philae jusqu'à l'époque de Justinien I (527-565 ap.J.C), par un traité signé entre les Blemmyes-Nobadae et Dioclétien (284-305). Chaque année, ils se rendaient à Eléphantine. Les pratiques prirent fin lorsque Justinien I envoya Narsès pour détruire les sanctuaires, arrêter les Prêtres et saisir les images divines, qui furent envoyées à Constantinople.

 


 

Osiris - Musée du Louvre

Légendes et mythes

 
   Il existe plusieurs versions du mythe Osirien, la plus récente est rapportée dans un récit de Plutarque (Philosophe, biographe et moraliste Grec, 46-v.125). Osiris fut le premier enfant de Geb l'incarnation de la Terre et de sa sœur Nout l'incarnation du Ciel. Tous deux enfants de Shou et Tefnout. Ils étaient tant l'un à l'autre qu'il ne fut plus possible de les dissocier. Plus rien ne séparait alors le ciel de la terre et (le soleil) était condamné à ne plus pouvoir circuler dans le ciel. Shou parvint à arracher sa fille à son époux libérant ainsi l'atmosphère, laissant ainsi le champ libre à l'air, à l'eau et surtout au soleil. voulut alors faire payer aux deux amoureux leur insouciance. Sachant que Nout portait en elle quatre enfants, le Dieu décida que ceux-ci ne pourraient naître à aucun des douze mois de l'année. Le Dieu Thot intervint alors et se tourna vers la Lune auprès de laquelle il gagna au jeu cinq jours supplémentaires à rajouter à la fin de l'année (dits jours épagomènes). Osiris fut le premier des cinq enfants à naître et le premier de ces cinq jours lui fut consacré. Ses trois frères et sœurs furent : Seth, Nephtys et Isis, qui sera aussi son épouse.
 
   Osiris hérita de son père la terre d'Égypte et en devint le Roi, alors que Seth, son frère, hérita des déserts qui entourent le Double Pays. Cette dimension royale sera reprise par les Pharaons des premières dynasties qui ne manquèrent pas de lui rendre un culte appuyé. Dès le début de son règne Osiris arracha immédiatement les Égyptiens à leur existence de privation, il leur donna les fruits de la terre, des lois et leur apprit à respecter les Dieux. L'amour que lui rendaient les hommes pour tant de bienfaits, attisa la jalousie de Seth. Celui-ci fomenta un plan pour assassiner son frère. La légende raconte qu'il mesura secrètement la taille d'Osiris, puis il construisit à ces dimensions un coffre de bois. Un soir de festin, il le fit apporter et promit qu'il ferait présent de ce coffre à quiconque pouvant s'y allonger parfaitement. Beaucoup essayèrent, mais sans succès, sauf Osiris qui s'y allongea de tout son long. Des complices de Seth refermèrent alors rapidement le couvercle et le clouèrent, puis le coffre fut jeté dans le Nil avec le pauvre Osiris enfermé à l'intérieur.
 
   Après l'assassinat de son époux, Isis se mit à la recherche de son corps. Le mythe de la quête d'Osiris présente plusieurs versions. L'une d'elle rapporte qu'Isis et Nephtys, partirent en quête du corps d'Osiris et le retrouvèrent sur les berges du Nil. Mais selon une autre version, connue sous le nom de "démembrement d'Osiris", Isis aurait découvert le corps de son mari à Byblos en Phénicie. Elle l'aurait alors ramené en Égypte par la ruse pour l'enterrer et caché. Mais Seth finit par découvrir le tombeau et furieux, découpa le corps en en quatorze (Ou seize) morceaux qu'il dispersa dans toute l'Égypte. Avec l'aide de Nephtys, Isis retrouva les morceaux du corps de son époux et le reconstitua (Ce sera la première momie, Ounen-Néfer "L'éternellement beau"), sauf le phallus qui aurait été avalé par un poisson et qu'elle refit en argile.
 
   Ce furent ensuite de longs suppliques de la part des deux sœurs à l'attention de , Thot et Anubis, pour qu'ils redonnent la vie au Dieu. Puis Isis se fit féconder et conçut un enfant de son époux défunt. Elle donna naissance à un fils, Horus qui ne manquera pas d'exercer sa vengeance vis-à-vis de Seth. Quant à Osiris, ressuscité par l'amour de sa femme, il ne put rester parmi les vivants et devint le souverain de la nuit, seigneur du monde sous-terrain et de l'au-delà, le royaume des morts, et laissa à la souveraineté sur le jour et le monde des vivants. Il transforma son royaume en champs fertiles, les champs d'Ialou, et présida le tribunal divin pendant la pesée du cœur où il accordait au défunt la vie éternelle ou le condamnait au néant.

 

Bibliographie

 
   Pour d'autres détails sur le Dieu voir les ouvrages de :
 
Mary Barnett et Michael Dixon :
- Gods and myths of ancient Egypt, Smithmark, New York, 1996 - En Allemand, Götter und Mythen des alten Ägypten, Verlag Gondrom, 1998 - En Français, Les dieux et les mythes de l'Egypte ancienne, Thames & Hudson Editeur, 1998.
Hans Bonnet :
- Lexikon der Ägyptischen religionsgeschichte, Nikol-Verlag, Hamburg, 2000 et 2005.
Emma Brunner-Traut :
- Osiris, kreuz und halbmond : Die drei religionen Ägyptens, Philipp von Zabern, Mainz, Décembre 1984.
Ernest Alfred Thomson Wallis Budge :
- Osiris and the Egyptian resurrection, illustrated after drawings from egyptian papyri and momuments, P.L.Warner, Londres, 1911 - Dover Publications, New York, (posthume) 1973.
- Osiris, University Books, New Hyde Park, 1961.
- The gods of the egyptians, or, studies in egyptian mythology, Methuen & Co. ltd., Londres, 1904 - Dover Publications, (posthume) 1969.
Julia Budka :
- Der Gott Osiris, Kemet. Heft 2, 2000.
Jules Cashford :
- El mito de Osiris. Los Misterios de Abidos, Ediciones Atalanta, Vilaür, 2010.
Sylvie Cauville :
-La théologie d'Osiris à Edfou, BiEtud, IFAO, Le Caire, 1983.
Jacques-Joseph Champollion-Figeac, Léon Jean-Joseph Dubois et David Roberts :
- Panthéon égyptien, J. de Bonnot imprimerie, Paris, 2006.
Jonathan Cott :
- Isis and Osiris : exploring the goddess myth, Doubleday, New York, 1994.
Laurent Coulon :
- Les reliques d'Osiris en Égypte ancienne, Studia Religiosa Helvetica Jahrbuch, Berne, 2005.
Didier Devauchelle :
- Osiris, Apis, Sarapis et les autres. Remarques sur les Osiris memphites au Ier millénaire, BiEtud 153, Le Caire, 2010.
Rolf Felde :
- Ägyptische gottheiten, Rolf Felde, Wiesbaden, 1988 et 1995.
Isabelle Franco :
- Mythes et dieux. Le souffle du soleil, Pygmalion G.Watelet, Paris, 1996-1998 - Collection : Bibliothèque de l'Egypte ancienne, Juillet 1997. 
Lucia Gahlin, Olivier Fleuraud et Isabelle Fleuraud :
- L'Egypte : Dieux, mythes et religion : Un voyage dans le monde fascinant des mythes et de la religion de l'ancienne Egypte, EDDL, Paris, janvier 2001.
Lucia Gahlin et Lorna Oakes :
- The mysteries of ancient Egypt : An illustrated reference to the myths, religions, pyramids and temples of the land of the pharaohs, Lorenz, London, 2003.
John Gwyn Griffiths :
- The origins of Osiris, Bruno Hessling, Berlin, 1966 - Dt. Kunstverl, München, 1966.
- The origins of Osiris and his cult, Studies in the History of Religions, Bd 40, 1980 - E.J.Brill, Leiden, 1980.
Roland Harari et Gilles Lambert :
- Dictionnaire des dieux et des mythes égyptiens, Le grand livre du mois, 2002.
Géraldine Harris :
- Gods & Pharaohs from Egyptian Mythology, Eurobook Limited, London, 1981.
George Hart :
- A dictionary of Egyptian Gods and Goddesses, Routledge & Kegan Paul Inc, London, 1986.
Erik Hornung :
- Der eine und die vielen : Agyptische Gottesvorstellungen, Wiss. Buchges, Darmstadt, 1971 - Wissenschaftliche Buchgesellschaft, 1971-2008.
Christian Jacq :
Les mystères d'Osiris, XO éditions, Paris, 2003.
Barry J.Kemp : 
- The Osiris temple at Abydos, MDAIK 23, 138-155, Mainz, 1968.
Leonard H.Lesko :
- Osiris, Macmillan, New York, 1987.
Manfred Lurker et Patrick Jauffrineau :
- Dictionnaire des Dieux et des symboles des anciens Égyptiens : Le monde magique et mystique de l'Egypte, Pardès, Puiseaux, 1994 - En Allemand, Lexikon der Götter und Symbole der alten Ägypter, Scherz Verlag, 1998.
Bernard Mathieu :
- Mais qui est donc Osiris ? Ou la politique sous le linceul de la religion, Égypte nilotique et méditerranéenne, ENIM 3, Montpellier, 2010.
Bojana Mojsov :
- Osiris : Death and afterlife of a god, Oxford : Blackwell Pub., Malden, 2005.
David O'Connor :
- Abydos : Egypt's first pharaohs and the cult of Osiris, New Aspects of Antiquity, Thames & Hudson, Juin 2009.
Jürgen Osing :
- Isis und Osiris, MDAIK 30, Le Caire, 1974.
Eberhard Otto :
- Osiris und Amun, Kult und heilige Stätten, Hirmer, München, 1966.
Donald Bruce Redford :
- The ancient gods speak : A guide to Egyptian religion, Oxford University Press, Oxford, New York, Juin 2002.
Ruth Schumann-Antelme et Stéphane Rossini :
- Osiris, rites d'immortalité de l'Égypte pharaonique, Éditions Trismégiste, Lavaur, 1995.
Emily Teeter :
- Religion and ritual in ancient Egypt, Cambridge University Press, Cambridge, New York, 2011.
Mario Tosi :
- Dizionario enciclopedico delle Divinità dell'Antico Egitto, Ananke, Torino, 2004-2006.
Claude Traunecker :
- Les Dieux de l'Égypte, PUF, 1970, 1991/2/3, 1996, 2001 et Mai 2005 - En Anglais, Avec David Lorton, The gods of Egypt, Cornell University Press, 2001.
Pascal Vernus et Erich Lessing :
- Les Dieux de l'Égypte, Imprimerie Nationale, Paris, Octobre 1998 - En Anglais, Traduction Jane M.Todd, The gods of ancient Egypt, George Braziller, 1998.
Wolfhart Westendorf :
- Eine königstitulatur des Osiris, Pelizaeus-Museum, Hildesheim, 1990.
Richard H.Wilkinson
- The complete gods and goddesses of ancient egypt, Thames and Hudson, New York, Mars 2003 et Septembre 2005 - En Espagnol, Todos los dioses del Antiguo Egipto, Oberön, Madrid, 2003 et Juin 2004 - En Allemand, Die welt der götter im alten Ägypten : Glaube, macht, mythologie, Theiss, cop. Stuttgart, Septembre 2003 - En Français, Dictionnaire illustré des Dieux et Déesses de l’Égypte ancienne, Gollion, Infolio, Novembre 2006.

 

 
 
Pour voir correctement les translittérations des titulatures des Dieux et des Déesses,
vous pouvez télécharger et installer la police de caractère jointe.
 Copyright © Antikforever.com