Quelques Reines importantes :
Néfertiti
 

Nous avons besoin de vous

....Retour à la liste des Reines

 

Sommaire
 

Ses titres
Son origine
Son mariage
Ses différentes représentations
Sa disparition
Sa mort et sa momie
La recherche de sa tombe
Sa famille
Bibliographie
Filmographie

Buste de Néfertiti - Nueues Museum - Berlin -
 
Il y a une polémique entre spécialistes depuis
quelques temps sur l'authenticité de ce buste.
En effet quelques chercheurs, comme
l'historien de l'art Henri Stierlin ou l'historien
Erdoğan Ercivan, avancent que Ludwig
Borchardt, qui le découvrit le 6 Décembre
1912, aurait fait un faux ?. De nouveaux
examens scientifiques ont prouvé que les
pigments et le plâtre, qui ont servi à sa
fabrication, étaient bien de l'époque de la
Reine mais cela ne prouve pas que son buste
fut fait à cette époque.
La polémique reste ouverte ...

 

Ses titres

 

{Princesse héréditaire (iryt-pat) ; Grande de louanges (wrT-Hswt) ; Dame de Grâce (nbt imAt) ; Douceur d'amour (bnrt mrwt) ; Dame des Deux Terres (nbt tAwy) ; Épouse du Roi (Hmt-nswt) ; Épouse du Roi sa bien-aimée (Hmt-nswt- meryt.f) ; Épouse favorite du Roi (HmT-nswt-aAt) ; Épouse favorite du Roi sa bien-aimée (nswt-aAt meryt.f HmT) ; Grande Épouse Royale (Hmt-nswt wrt) ; Grande Épouse Royale sa bien-aimée (Hmt-nswt wrt mryt.f) ; Mâitresse [Souveraine] de toutes les femmes (Hnwt-hmwt-nbwt) ; Maîtresse [Souveraine] de toutes les terres (Hnwt tAw nbw) ; Maîtresse [Souveraine] de la Haute et de la Basse-Égypte (Hnwt SmHw mHw)}.
 
On trouvait aussi :

Grande de faveur, Possédée du charme, Jaillissante de bonheur, L'aimée, Calmant le cœur du Roi dans sa maison etc...

Néfernéferouaton-Néfertiti
{Belle est la perfection d'Aton,
La Belle est venue}

 

 

Son origine

 


 

Statue de Néfertiti dite

"Néfertiti debout" -
Style Amarnien - Ägyptisches Museum - Berlin

 

   Néfertiti (ou Néfernéferouaton-Néfertiti - Nfr nfrw Jtn Nfr.t jy.tj) est une Reine d'Égypte de la XVIIIe dynastie. Elle devient la Grande Épouse Royale du Pharaon Amenhotep IV (ou Aménophis ou Akhénaton, 1353/52-1338). En fait, une grande partie de l'histoire de cette souveraine et de celle de cette époque sont sujettes à discutions, pour commencer l'origine de la "belle Reine". Son nom de naissance serait Néfer Néferou Aton (Belle dans la beauté d'Aton, ou parfaite est la perfection d'Aton) et son nom de Reine, qui lui est donné lors de son mariage est, Néfernéferouaton-Néfertiti. Néfertiti serait pour certains le diminutif du premier qui glorifie sa beauté. Erik Hornung pense que ce rajout à son nom est plus une sorte de prénom donné à la Reine, mais d'où vient-elle vraiment ?.
 
   La première hypothèse est qu'elle fut d'origine Mitannienne, en la personne de la Princesse Tadukhepa (ou Tahoudipa), fille de l'Empereur Tushratta (v.1380-v.1350) et épouse du Roi précédent Amenhotep III (1390-1353/52) selon les lettres de Tell el-Amarna). Cette théorie repose sur le nom Égyptien de la Reine : Néfertiti, La Belle est venue, qui semble indiquer une origine étrangère, sous entendu "venant d'une autre contrée". Cependant on peu très bien invalider cette hypothèse puisque des documents mentionnent l'arrivée de Tadukhepa à Malkata (ou Malqata ou Malqatta ou Malgatta), palais d'Amenhotep III, en l'an 36 de son règne, à une date donc largement postérieure au mariage de la Reine avec Amenhotep IV.


 

Vue entière de
la statue

 
   Toutefois pour Eléonore Bille-Demot :
"Il y a, suffisamment d’indices qui permettent de dire que Néfertiti et Tadukhepa étaient une seule et même personne. Tout d’abord, ce surnom, Néfertiti, La Belle est Venue, puis le fait que le Roi Tushratta (dans ses correspondances) commence toujours par mentionner la Reine-mère, puis Tadukhepa, ma fille, ton épouse... Mais surtout il y a cette coiffure de Néfertiti, en forme de chape qu’elle est la seule à porter de toutes les Reines d’Égypte. Cette coiffure ressemblait à la coiffure-couronne des Déesses d'Asie et d’ailleurs… Le type ethnique de la Reine est très différent de celui des Égyptiens........"Histoire ou fiction ?.
 
   Dans le même ordre d'idée, selon Agnès Cabrol, à l'époque il était coutume que le nouveau dirigeant reprenne les femmes de son prédécesseur et que lors du remariage, l'épouse change de nom. Tadukhepa aurait donc changée de nom à la mort d'Amenhotep III et se présenterait alors sous les traits d’une autre épouse d'Amenhotep IV, Néfertiti ?.
 
   Une autre hypothèse, qui ne rencontre pas un grand nombre d'adepte, veut faire de Néfertiti une Princesse d'origine Égyptienne, de sang royal, fille d'Amenhotep III et de la Reine Tiyi I, donc la sœur de son époux ?. Le seul problème c'est que la Reine ne porte aucun titre indiquant qu'elle serait de lignée royale, même d'une épouse secondaire. Les spécialistes ont donc aussi exclu cette proposition.
 
   Aujourd'hui, en majorité, les égyptologues voient en Néfertiti, malgré son nom ambigu : La Belle est venue, une origine Égyptienne et la situe au sein de l’entourage royal. Elle serait (D'après eux) une des filles d’un haut dignitaire, le futur Pharaon Aÿ II (1327-1323) et peut-être de son épouse Tiyi II (ou Ti ou Tiy). Cette théorie s'appuie sur des représentations de Néfertiti en compagnie de Tiyi II. Aÿ II est vraisemblablement un fils de Youya, Prophète de Min, et Touya (ou Tyouyou), originaire de la région d'Akhmîm, donc le frère de Tiyi I l’épouse d'Amenhotep III.
 

 

 

Dalle ornée d'un relief - Akhénaton, Néfertiti
et leurs filles qui présentent des offrandes
à Aton - Amarna

   Le titre qui lui est donné de "Père divin" serait en rapport avec l'avenir de sa fille ?. D'ailleurs Youya a porté également ce même titre. Ce lien familial ferait donc de Néfertiti la cousine de son époux. Tout n'est pas aussi simple pour certains égyptologues qui précisent que Tiyi II n'a jamais porté le titre de "Mère divine", comme il se devrait si elle fut la mère de Néfertiti. Elle n'est donc probablement pas sa mère, mais plutôt sa gouvernante, ou sa nourrice, ce dernier titre qui lui est souvent attribué.
 
   Aucune référence n'a été trouvée prouvant que Tiyi II serait la mère naturelle de Néfertiti. Cela ne remet pas en cause l'origine paternel de celle-ci qui aurait donc bien épousé son cousin, mariage qui se déroulait traditionnellement à cette époque. Mais alors qui était la mère de Néfertiti ?. Cyril Aldred, opte pour une première épouse d'Aÿ II, dont le nom est inconnu par ailleurs, avant Tiyi II, pourquoi pas ?.
 
   Quelques historiens, dont Walter Wolf et Erik Hornung, pensent que Moutnedjemet était peut être la sœur de Néfertiti. Ce que viendrait confirmer sa titulature "La sœur de la Grande Épouse Royale". Cependant aucune référence n'a été trouvée prouvant que Tiyi II, qui est donnée comme la mère de Moutnedjemet, serait la mère naturelle d'une Grande Épouse Royale. Les partisans de cette théorie avancent qu'il est enregistré sur des documents que Moutnedjemet et Néfertiti sont sœurs et que Moutnedjemet est beaucoup plus jeune que Néfertiti, à peut près de l'âge des enfants de celle-ci. Cela pourrait indiquer qu'Aÿ II fut bien le père des deux femmes et comme le l'indique Cyril Aldred, Néfertiti pourrait-être la fille d'une précédente épouse ?.
 
   L'égyptologue Geoffrey Martin note qu'il n'y a pas de preuve définitive pour attester cette affirmation. Pour lui Moutnedjemet n'était pas de sang royal. Il précise que le nom "Moutnedjemet" ou "Mutnodjmet" n'est pas particulièrement rare à la fin de la XVIIIe dynastie. Il y a beaucoup de spécialistes, dont Hans Wolfgang Helck, Rolf Krauss et Jürgen Von Beckerath qui pensent, comme Geoffrey Martin, que ces deux Reines n'étaient pas sœurs (ou demi-sœur). Pour eux, il s'agit d'une erreur de lecture du nom de la véritable sœur de Néfertiti qui se nommait, Moutbelet. Il convient aussi de signaler que le mot "sœur" en Égyptien englobe différents niveaux de parenté. Moutnedjemet pourrait tout aussi bien être une cousine. Dans la tombe d'Aÿ II, ni Néfertiti, ni Moutnedjemet ne sont présentées comme ses filles. Toutefois, à aujourd'hui, aucune preuve archéologique formelle ne vient certifier l'une ou l'autre des théories.

 


 

Néfertiti - Metropolitan Muséum

Son mariage

 
   Néfertiti devient la Grande Épouse Royale d'Amenhotep IV (Aménophis ou Akhénaton, 1353/52-1338) en l’an 3, ou début de l'an 4, du règne de celui-ci. Elle exercera aussi la fonction de Divine Épouse d'Amon. La date exacte de son mariage est controversée par les spécialistes, car il reste une énigme sur l'âge d'Akhénaton lors de sa prise de pouvoir, une vingtaine d'années comme présentent certains, ou à peine douze ans comme le pensent d'autres ?. De plus il se pourrait aussi qu'il ait épousé la Reine avant son accession au trône, comme le propose Claude Vandersleyen. Dans les tombes des hauts dignitaires Khérouef et Ramosé, officiant tous deux sous le règne du père d'Akhénaton et au tout début du sien, on trouve des représentation du Roi non pas avec Néfertiti, mais avec sa mère, la Reine Tiyi I.

 

 
   Plusieurs fragments de relief trouvés à Karnak montrent le jeune Roi avec un visage presque poupin. L'absence de Néfertiti auprès du souverain dans les deux tombes de ces dignitaires jusqu'à la IIIe (ou début de la IVe) année de son règne tend aussi à donner des indications sur le jeune âge du Pharaon. Les spécialistes, dont en tête Marc Gabolde, en ont donc déduit qu'il épousa Néfertiti à cette période, car de plus, aucune représentation de la Reine n'a été trouvée datant d'avant cette époque. Les représentations trouvées dans le temple de Sésibé dateraient de l'an 3.
 
   On sait que la Reine Néfertiti participa à la fête Sed (ou Heb-Sed) d'Amenhotep IV, le seul problème c'est que nous ne pouvons pas dater avec certitude cette cérémonie, en l'an 2, 3, voire en l'an 4 ?, les avis sont partagés. Il est important pour les spécialistes de savoir si Néfertiti était présente dès le début du règne car cela influe sur l'âge des Princesses. Un indice est donné par une stèle frontière (Stèle K) à Amarna (ou Akhétaton) qui fait référence à deux naissances, l'une en l'an 3 ou 4 de Méritaton et l'autre de l'an 4/5 de Mâkétaton.

 


 

Tête de statue de Néfertiti -
Ägyptisches Museum - Berlin

Ses différentes représentations
 

 

   La Reine est représentée une quantité incroyable de fois dans le paysage architectural Égyptien, surtout au temple d'Aton de Karnak. Soit, comme sur un talatate provenant du temple d'Amarna dans la pose traditionnelle du Pharaon, portant sa couronne et châtiant les ennemis. Néfertiti sera la seule épouse royale à se faire représenter de la sorte. Soit célébrant des fêtes aux côtés du Roi, devant le Dieu Aton. Soit, encore à Karnak, l'iconographie la montre en sphinx, où à l'origine une allée de ces statues étaient présentées à tête humaine alternant entre le portrait d'Akhénaton et celui de Néfertiti.
 
   On la trouve aussi représentée dans la tombe de nobles, notamment celle du scribe royal Panéhésy (ou Panehsy) où elle est aux côtés du Roi, tous deux portant la couronne Atef. Sa couronne est toutefois plus petite que celle de son époux. Même représentation dans le temple d'Aton, édifié en l'an 6, elle est toujours représentée sur le décor des murs et la statuaire aux côtés d'Amenhotep IV, allant jusqu'à porter la même couronne que lui.
 
   Toutes ces scènes prouvent que la Reine n'a pas que la beauté et qu'elle est une femme qui exerce un rôle politique important pendant le règne de son mari. Cependant voulait-on montrer qu'elle participait au pouvoir, ou ces représentations servaient uniquement à illustrer son importance ?. Elle va aussi énormément participer au développement de la nouvelle religion consacrée à Aton et officier, pendant les cérémonies religieuses, aux cotés de son époux, qui porte le titre de "Grand Prêtre d'Aton". Elle va, à l’occasion de la fête Sed du Pharaon (an 2/3 ou 4) s’attribuer les fonctions de la Déesse Hathor.
 
   Son influence auprès du Roi, son prestige et son pouvoir ne vont cesser de croître jusqu'à son étrange disparition. D’autres reliefs la montrent avec son mari et ses filles, dans leurs intimités familiales. L'image du couple royal est idéalisée dans ces scènes intimistes. Selon Erik Hornung, cette iconographie à pour but de montrer une autre image de la famille royale, celle d'une "famille sainte". Néfertiti va dépasser le rôle déjà important qu'occupait la Reine mère Tiyi I, elle va être en quelque sorte la "Déesse" de son époux et former avec lui et le Dieu Aton une triade.
 
   Une des scènes représentées sur un relief, datée de l’an 12, raconte que "le Roi et la Reine font une apparition en publique pour recevoir le tribut de la Syrie, de l'Éthiopie, des pays vassaux de l'Est et de l'Ouest et aussi ceux des îles du milieu de la mer". Sur cette représentation, le Roi est à côté de Néfertiti qui entoure sa taille de son bras. La Reine apparaît ainsi comme l'égale de son époux dans les affaires politiques.

 


 

Talatate représentant Akhénaton et Néfertiti - Karnak

Sa disparition

 
   La fin de la vie de la Reine est une grande énigme. Ce "document" cité ci-dessus est (Pour l'instant) le dernier concernant une apparition officielle de Néfertiti. Un ultime, la montrera vers l’an 13 assistant aux funérailles de sa fille Mâkétaton. À partir de cette période, elle disparaît de la scène politique et publique Amarnienne. Son nom va même jusqu'à être effacé sur les monuments pour être remplacé par celui de Méritaton. Toutefois il faut noter que ces manifestations hostiles ne signifient pas forcément la mort de la Reine. Si tel est le cas combien de temps aurait-elle survécue ?. Par contre sa disparition dans la documentation après l'an 14 est curieuse.
   

   Les raisons pour expliquer cette disparition brutale nous échappent encore. Des sceaux de jarre à vin portant son nom furent mis au jour dans le palais Nord d'Amarna (ou Akhétaton), où elle aurait fini ses jours, que certains datent entre l’an 16/17, alors que son époux résidait à la fin de son règne à Thèbes ?. Dans ce cas, s'y serait-elle exilée volontairement, accablée par la douleur des pertes successives de ses filles ?. Certains spécialistes avaient un moment avancé une possible disgrâce, elle aurait été évincée par une rivale, Kiya, une autre épouse du Roi. On sait aujourd'hui que c'est l'inverse qui s'est produit. D'autres pensent que tous les décès dans la famille royale, au premier abord inexplicables, seraient la conséquence d’une épidémie de peste qui aurait frappé le pays à cette époque. La Reine aurait été emportée, elle aussi, par la maladie. Certaines statuettes funéraires retrouvées, inscrites à son nom, abondent dans le sens de cette théorie.
 
   Une autre hypothèse, proposée par certains égyptologues, dont Christian E.Loeben, affirme que la disparition brutale de Néfertiti, à partir de l’an 13/14, ne serait en fait qu'un changement de statut de la Reine, accompagné d'un changement de nom. Elle serait devenue Corégente et, survivant à son époux, aurait pris les pleins pouvoirs et elle serait, pour eux, la "Femme Roi" qui lui succéda sous le nom de Ânkh(t)Khéperourê Néfernéferouaton. L'égyptologue Carl Nicholas Reeves, spécialiste de la période Amarnienne et de Néfertiti donne aussi cette dernière comme la femme-Roi qui succéda à d'Amenhotep IV.


 

Néfertiti -
Musée Égyptien du Caire

 
   La mort de celui-ci est, elle aussi, mystérieuse. On ne sait pas exactement, ni quand ni comment, il décède. La seule précision, est une dernière inscription le mentionnant, que l'on date de l'an 16. Selon ces spécialistes Néfertiti aurait bien régné après le décès d'Amenhotep IV car dans son palais, on a retrouvé des jarres qui porteraient comme indication : L’an 1 de Néfertiti ?. (Cette idée est loin de faire l'unanimité). Cette théorie de corégence et succession fut développée la première fois par Henri Gauthier en 1912, puis abandonnée.

 

 
   Elle fut reprise en 1973, avec les études de James Edward Harris. Celui-ci démontra que la disparition de la Grande Épouse Royale Néfernéferouaton Néfertiti, vers l'an 13/14 de son époux, coïncide avec l'apparition d'un nouveau personnage nommé au titre de Corégent au nom de Ânkh-Khéperourê Néfernéferouaton. Ce qui est attesté c'est qu'à partir de l'an 13 du règne d'Akhénaton, Méritaton remplace sa mère comme Grande Épouse Royale dans les cérémonies officielles, et, vers l'an 14, Néfertiti disparaît de l’iconographie Amarnienne. Plusieurs chatons de bague inscrits, trouvés par Sir William Matthew Flinders Petrie, à Amarna montrent que ce nouveau personnage est une femme puisque la forme attestée de son nom est Ânkh(t)Khéperourê. Manéthon, dans sa liste royale, évoque une "femme Roi" à la fin de la XVIIIe dynastie qu'il nomme, Acenchêrês (ou Akenkheres ou Achencherês) qui serait une mauvaise transcription d'Ankh-Khéperourê.
 
   C'est sur ce postulat que ces spécialistes y ont vu la certitude qu'il s'agissait de Néfertiti. Cependant l'identité de cette Ânkh(t)Khéperourê est toujours très discutée (voir article sur Méritaton) : Kiya, Méritaton, Néfertiti ?. Marc Gabolde exclut Néfertiti à cause de la présence de Méritaton. Dans ce cas on pourrait aussi exclure Kiya qui on le sait, avait déjà été écarté par Néfertiti. Les partisans de Néfertiti Corégente voient le déroulement ainsi : Après l'an 13, Néfertiti promue, abandonne son nom de Néfernéferouaton Néfertiti (ce qui n'est pas inhabituel) et devient Corégente sous celui d'Ânkh(t)Khéperourê Néfernéferouaton. Lorsque son époux décède, en l'an 16/17, elle prend le pouvoir et change une nouvelle fois de nom et devient Ânkh(t)Khéperourê Semenkhkarê ?.
 
   Là, peut se poser un problème, car on a retrouvé dans la tombe KV55 une momie masculine au nom de Semenkhkarê, ceci dit rien ne prouve que ce Semenkhkarê soit véritablement ce Roi. Dans cette hypothèse Semenkhkarê aurait été une femme et Néfertiti aurait donc régnée en "Pharaon", comme certaines Reines dont Hatchepsout (1479-1457) ?. Une autre preuve avancé par les partisans de cette théorie est l'interprétation d'une scène dans la tombe de Houya et Méryrê II à Amarna où ils y voient la représentation de la cérémonie pour la promotion de la Reine Corégente. Mais il n'est pas certain que ce ne soit pas plutôt Méritaton et pour autant si c'est bien Néfertiti, est-ce elle qui succéda à Akhénaton.
 


 

Corps de femme, très
certainement Néfertiti -
Musée du Louvre

   Cette période de l'histoire est l'une des intrigues les plus intéressantes de l'antiquité Égyptienne car, de plus, par souci de souveraineté et de légitimité, un des Roi suivants : Horemheb (1323-1295), a rayé toute la famille issue d'Amenhotep IV des registres d'administration. La chronologie cependant aujourd'hui qui remporte le plus grand consensus de la part des spécialistes, est celle proposée par Marc Gabolde. Il propose que Néfertiti mourut avant Akhénaton et que ce fut Méritaton qui succéda à son père. Toutefois cette affirmation amène une autre énigme : Où fut enterrée la Reine ?, car sa momie et sa tombe restent introuvables à ce jour.
 

 

Sa mort et sa momie

 
   Nous ne connaissons pas et nous n'avons pas trouvé, à ce jour, ni mobilier funéraire, ni tombe de la Reine. Il semble de plus en plus improbable aux spécialistes que la souveraine fut enterrée dans la tombe royale (TA26) d'Amarna, même s'il lui a été attribuée une chambre dans la suite inachevée de la sépulture d'Akhénaton alors que cette pièce ne fut, semble t-il, jamais utilisée. Comme le précise Marc Gabolde, le spécialistes de la période Amarnienne, si toute la famille fut sûrement enterrée à Amarna, il est évident que tous les membres furent par la suite transférés dans une (ou des) sépulture(s) dans la vallée des Rois lorsque la ville fut abandonnée, mais où ?.
 
   Ce qui fait que là encore les spécialistes sont très divisés et n'avancent que des spéculations. Marc Gabolde à une approche différente il met en évidence des évènements dont nous connaissons la date précise et essaie de voir si Néfertiti y était présente. Ce qui ne certifie pas non plus qu'elle soit décédée à ces périodes, mais seulement qu'elle ne faisait plus parti de la vie Amarnienne. Ce qui fait qu'en fait, en l'état de nos connaissances, rien ne permet de savoir ce qui s'est réellement passé. La plupart des égyptologues s'accordent à penser qu'elle mourut de mort naturelle, mais quand ? et où est sa
momie ?.
 
   Le 9 juin 2003, une archéologue Anglaise du nom de Joann Fletcher, annonça publiquement qu’une des deux momies non encore identifiées découvertes dans la tombe KV35 en 1898, appelée "Young Lady" serait celle de Néfertiti. Elle s'appuyait, pour confirmer ses dires, sur la technique de momification employée, qui serait celle que l'on utilisait à la XVIIIe dynastie, de plus la position du corps indiquerait qu'il s'agisse d'un personnage royal. La nouvelle fit grands bruits dans tous les médias, mais trois jours plus tard le directeur du conseil suprême des antiquités Égyptiennes Zahi Hawass démentit que cette momie fut celle de Néfertiti, en mettant en avant l'absence presque totale de preuve de l'Anglaise. Depuis février 2010 on est sur que cette momie n'est pas Néfertiti, il est alors attribuée à la Reine la deuxième momie, dite "Old Lady", qui est celle d'une femme morte entre 40 et 60 ans, mais rien ne vient étayer non plus cette proposition, où dans le même temps d'autres égyptologues penchent plutôt pour que ce soit la momie de la Reine Tiyi....... Le débat reste ouvert.


 

Akhénaton et Néfertiti -
Musée du Louvre

 

La recherche de sa tombe

 
   L'été 2015 a été marqué par un article de Carl Nicholas Reeves "Burial of Nefertiti ?" l'égyptologue spécialiste de la période Amarnienne et de Néfertiti, qui s'est lancé dans la recherche et la localisation de la tombe de Néfertiti. Première précision, pour l'égyptologue Néfertiti fut la femme-Roi qui succéda à Amenhotep IV. Il établit d'emblée que le successeur de ce dernier ne peut être que Néfertiti. Il s'appuie sur la découverte il y a quelques années d'un graffiti datant de l'an 16 d'Akhenaton, mentionnant Néfertiti, en qualité de Grande Épouse Royale, et qu'un des noms de Néfertiti est Néfernéferouaton. Il ne retient pas l'hypothèse que Méritaton soit le successeur et le Pharaon Ânkh(et)kheperourê Néfernéferouaton et mentionne à peine les derniers travaux de Marc Gabolde sur le sujet et qui considère que Néfertiti disparaît avant l'an 17 d'Akhenaton. Il est très difficile de savoir si Néfertiti était réellement vivante à la mort du Roi. Quoi qu'il en fût, où se trouve sa tombe ?.
 
   À Amarna, il n'y a aucune trace concrète de la moindre tombe de la Reine. De plus aucune scène funéraire de la tombe du Roi ne fait référence à la mort de la Reine. Aucun fragment de sarcophage ne lui est non plus actuellement attribué. Seul un fragment d'oushebti, conservé au Brooklyn Muséum, qui appartient a Néfertiti à été mis au jour dans la tombe et a son cartouche qui y est gravé. Problème, le texte visible fait référence à Néfertiti, Grande Épouse Royale et non comme Pharaon. Si l'on considère le décès de la Reine avant celui du Roi, sa tombe n'était sans doute pas prête et un tombeau provisoire a pu être aménagé ailleurs ?. Quelques années après la mort d'Amenhotep IV et l'abandon d'Amarna, la tombe royale fut rouverte et partiellement déménagée, notamment dans la vallée des Rois : Akhenaton se retrouva dans la tombe KV 55, et la Reine Tiyi I fut inhumée dans la tombe d'Amenhotep III, tombeau KV22.
 
   Selon Reeves, la tombe KV62 de Toutânkhamon (1336/35-1327) était à l'origine la tombe d'une Princesse, puis d'une Reine et cette femme royale serait Néfertiti, et deux salles inconnues se cacheraient derrière les décors. L'égyptologue dirigea une mission archéologique durant plusieurs années ayant pour but de dégager le centre de la vallée des Rois qui était utilisé sous Toutânkhamon et jusqu'au règne d'Horemheb (1323-1295). Il ne put aller jusqu'au bout de la fouille. Quelques années plus tard, ce fut l'équipe d'Otto Schaden qui dégagea la tombe KV63, à quelques mètres de celle de Toutânkhamon.
 
   Afin de confirmer ou non l'avis de Reeves, une première prospection a été menée dans la tombe KV62 courant Septembre 2015. Une équipe Égyptienne s'est rendue dans la tombe pour vérifier les anomalies signalées par Reeves, qui a été invité à participer à cette mission. Un examen visuel des parois semble confirmer l'existence de deux ouvertures masquées et de modifications du plan de la tombe, pouvant indiquer au moins deux états de celle-ci. Le Ministre des antiquités s'est dit enthousiaste, mais il ne croit pas qu'il puisse s'agir de la tombe de Néfertiti. Un des éléments les plus intéressants de l'étude publiée de analyse de la tombe KV62 nous indique que ce tombeau n'a pas les dimensions ni le plan d'un tombeau royal. L'égyptologue rappelle aussi que de très nombreux objets du mobilier funéraire proviennent d'Akhenaton et surtout d'Ânkh(et)kheperourê Néfernéferouaton. Le chercheur pense donc que nous faisons fausse route en considérant KV62 comme une tombe privée, adaptée à la hâte en tombe royale. D'où son idée d'un projet royal, pour une Princesse ou une Reine, qui fut repris et modifié par les architectes de Toutânkhamon.

 
  Après avoir examiné attentivement les photos haute résolution réalisées avec les dernières technologies d'imagerie par la société Factum Arte, Reeves avance donc l'idée qu'il existe deux ouvertures masquées sous les décors actuels de la salle funéraire de Toutânkhamon. Ces aménagements dateraient du premier état de la tombe, sous la femme-Roi Ânkh(et)kheperourê Néfernéferouaton, identifiée par lui comme étant Néfertiti. Pour cette première étude, la société Factum Arte fut chargée de réaliser une copie exactement identique de toutes les salles de la tombe. Cette analyse a permis de détecter la moindre imperfection des parois et surtout d'analyser les différentes couches de plâtre, de pigments et d'enduits appliquées sur les parois de la salle funéraire.
 
   Reeves a minutieusement analysé les images de Factum Arte et c'est de là qu'il met en évidence des anomalies sur deux parois de la salle funéraire. Il y voit les traces de deux ouvertures soigneusement bouchées par de la maçonnerie et le décor masque aujourd'hui totalement ces portes supposées. Si porte il y a, sur quoi donne-t-elle accès ?, un couloir ?, une salle ?. Carl Nicholas Reeves se dit plutôt confiant par cette première analyse et attend avec impatience les futures prospections radars et thermiques. Les antiquités Égyptiennes doivent tout d'abord établir un protocole de recherche avant d'autoriser, ou non, la mission. À priori, cette seconde phase prendra plusieurs semaines et les premiers résultats ne sont pas attendus avant mi ou fin Novembre. ¹  

 

Sa famille

 
   Néfertiti va donner six filles à Akhénaton : Méritaton, Mâkétaton, Ânkhesenamon (ou Ânkhesenpaaton), Néfernéferouaton Tasherit, Néfernéferourê et Setepenrê. Il était aussi reconnu par la grande majorité des spécialistes qu’elle fut la mère de Toutânkhamon, qui serait né en l’an 10/11. Cette idée s'appuyait sur une interprétation faite par Marc Gabolde d'une représentation de la salle gamma de la tombe royale (TA26) d'Amarna. Celle-ci mentionne bien la Reine et montre un nourrisson dans les bras de sa nourrice, identifié comme étant Toutânkhamon. La scène se situe dans le contexte des funérailles de la Princesse Mâkétaton. D'après Marc Gabolde, il ne peut s'agir d'un enfant de l'une des Princesses royales, comme il a été quelques fois avancé, du fait de leur trop jeune âge.

 


 

Fresque représentant
Akhénaton, Néfertiti et trois
de leurs filles - Musée du Caire

 

   Cependant, le 17 février 2010, l'extravagant Zahi Hawass, comme à l'accoutumé avide d'honneurs médiatiques, révéla, devant les caméras du monde entier, les principaux résultats d'une étude génétique et médico-légale, qui dura deux ans. Suite à l'analyse ADN effectuée sur seize momies, dont onze, y compris celle de Toutânkhamon, étaient supposées être membres de la famille royale, l'étude permit d'identifier avec certitude le père du jeune Roi comme étant Amenhotep IV. En ce qui concerne sa mère, Zahi Hawass avance que les chercheurs sont unanimes, ce n'est pas Néfertiti, comme il a longtemps été supposé. La mère serait une sœur et épouse secondaire d'Amenhotep IV, dont le corps est, selon lui, celui d'une momie connue aujourd'hui sous le nom de code KV35YL, ou dite la "Young Lady".
 
   Cette dernière était jusque là attribuée à la Reine Kiya, mais cette Reine, comme Néfertiti, n'a jamais porté les titres de Fille du Roi (s3T-nswt) ou Sœur du Roi (snt-nswt). Zahi Hawass conclut : Soit Baketaton, soit Nebetâh, les jeunes filles d'Amenhotep III et Tiyi I, mais qui ne sont pas connues pour avoir épousé leur frère ?, sont les candidates les plus susceptibles de prendre l'identité de la "Young Lady".

"On ne connaît pas avec certitude son nom, mais le plus important c'est que cette dame est la fille d'Amenhotep III et de la Reine Tiyi I, les grands-parents de Toutânkhamon, il n'est donc pas possible qu'elle soit Néfertiti", a-t-il déclaré.

 
   Il serait prudent d'attendre un peu avant d'arriver à des conclusions car, on le voit, l'affaire reste encore très compliquée. Acceptons juste le fait que ce ne fut pas Néfertiti, dont la momie nous serait bien utile. Cependant on peut affirmer aujourd'hui sans se tromper que Néfertiti a élevé à Amarna le jeune Toutânkhamon. Ce qui soulève d'autres questions, pourquoi elle et pas sa mère, où était celle-ci ? etc ...

 

  Pour plus de détails sur les enfants de Néfertiti voir l'article sur : Les filles de Néfertiti et Akhénaton

 
Bibliographie

 
   Pour d'autres détails sur la Reine voir les ouvrages de :
 
Cyril Aldred :
- Akhenaten and Nefertiti, Thames and Hudson, Studio, 1973 et Juin 1974.
Pamela Bradley :
- Nefertiti : A woman's search to reclaim her true feminine spirit, Chatswood, N.S.W. : New Holland, 2008.
Catherine Chadifaud et Frédérique Schwebel :
- Néfertiti, Hachette, Paris, 1990.
Andrée Chedid et Aziza Soliman :
- Néfertiti et le rêve d'Akhnaton, Flammarion, Paris, 1995.
Aidan Marc Dodson :
- Amarna sunset : Nefertiti, Tutankhamun, Ay, Horemheb and the Egyptian counter-reformation, The American University in Cairo Press, 15 Novembre 2009.
- Amarna Letters : Essays on Ancient ca. 1390-1310 B.C., KMT Communications, San Francisco, 1994.
Marc Gabolde :
- D'Akhénaton à Toutânkhamon, CIAIA 3, Lyon, Paris, 1998 et Inst. Arch. Hist. Antiquité, 2000.
- Akhénaton : Du mystère à la lumière, Collection: Découvertes Gallimard, Editions Gallimard, Paris, Novembre 2005.
Michel Gitton :
- Les divines épouses de la XVIIIe dynastie, Centre de recherches d'histoire ancienne, Annales littéraires de l'université de Besançon, Les Belles-Lettres, Paris, 1984 et 1989.
Jean-Claude Goyon et Mohamed A.El-Bialy :
- Les Reines et Princesses de la XVIIIe dynastie a Thèbes-Ouest, Atelier national de reproduction des thèses, Lille, 2005.
Wolfram Grajetzki :
- Die Töchter Echnatons, pp : 17–18, Kemet 1, 2002.
- Ancient Egyptian Queens : A hieroglyphic dictionary, Golden House Publications, London, 2005.
Klaus Dieter Hartel :
- Néfertiti, P.Belfond, Paris, 1976.
Francis Fèvre :
- Akhénaton et Néfertiti - L'Amour et la Lumière, Éditions Fernand Hazan, Paris, 1998.
Joann Fletcher :
- The search for Nefertiti : The true story of an amazing discovery, Hodder & Stoughton Ltd, Août 2004 et Août 2005.
Michel Gitton :
- Les divines épouses de la 18e dynastie, Annales littéraires de l'Université; de Besançon 306, Belles-Lettres, Paris, 1984 et 1989.
Rob Goldberg :
- Nefertiti and the Lost Dynasty, National Geographic Channel, 2007.
Christian Jacq :
- Akhénaton et Néfertiti : Le couple solaire, Robert Laffont, collection : Les Énigmes de l'univers, Paris, 1976 - Éditions Perrin, Paris, 1990.
Christian Leblanc :
- Reines du Nil au Nouvel Empire, Bibliothèque des introuvables, Juillet 2010.
Brenda Lange :
- Nefertiti, Chelsea House, New York, 2009.
William Joseph Murnane :
- Texts from the Amarna period in Egypt, Law Collections from Mesopotamia and Asia Minor, Writings from the Ancient World, Society of Biblical Literat, Scholars Press, Janvier 1995, Décembre 1995 et 1997.
Guy Rachet :
- Néfertiti, Reine du Nil, Robert Laffont, Octobre 1984 - Éditions du Rocher, Collection : Champollion, Janvier 1995 et Février 1998 - LGF : Livre de Poche, Collection : Littérature, Mars 1998 - J'ai Lu, Collection : Littérature générale, Février 2001.
Donald Bruce Redford :
- Akhenaten : The heretic king, Princeton University Press, le Caire, 1984, Octobre 1987, Juillet 1992 et 1997.
Carl Nicholas Reeves :
- Akhenaten : Egypt's false prophet, Thames & Hudson, New York, Avril 2001, Janvier 2008, Avril 2005 et Septembre 2005.
- The Burial of Nefertiti ?, The University of Arizona, Egyptian Expedition Department, Juillet 2015.
Francesco Tiradritti, Jean-Luc Chappaz et Marie Vandenbeusch :
- Akhénaton et Néfertiti : Soleil et ombres des pharaons, Musée d'art et d'histoire, Genève, Janvier 2008.
Joyce Anne Tyldesley :
- Nefertiti : Egypt's sun queen, Viking, Septembre 1998 - Penguin Books Ltd, Septembre 1999 et Mai 2005.
- Nefertiti : Unlocking the mystery surrounding Egypt's most famous and beautiful queen, Penguin Books Ltd, Septembre 1999.
Joyce Anne Tyldesley, Aude Gros de Beler et Pierre Girard :
- Chronicle of the queens of Egypt : From early dynastic times to the death of Cleopatra, Thames & Hudson Ltd, Octobre 2006 et Janvier 2007 - En Français, Chronique des Reines d'Egypte : Des origines à la mort de Cléopâtre, Éditions : Actes Sud, Collection : Essais Sciences, Juillet 2008 - En Allemand, Die königinnen des alten Ägypten : Von den frühen dynastien bis zum tod Kleopatras, Koehler + Amelang Gmbh, Février 2008.
Philipp Vandenberg :
- Nefertiti, Alpress, Frydek-Mistek, 2002.
Nicole Vidal :
- Néfertiti, Gallimard, Paris, 1961.
Carola Wedel :
- Nofretete und das Geheimnis von Amarna, Philipp von Zabern, Mainz, 2005.
Evelyn Wells :
- Nefertiti, Doubleday, Garden City, New York, 1964.
Christiane Ziegler, Hartwig Altenmüller et Marine Yoyotte :
- Reines d'Égypte : D'Hetephérès à Cléopâtre, et en Anglais, Queens of Egypt : From Hetepheres to Cleopatra, Somogy, Paris, Juillet 2008 et Grimaldi forum, Monaco, Octobre 2008.
 
¹ - D'après l'article de François Tonic, pp : 28-37, Pharaon Magazine N°23, Juin/Juillet 2008Novembre/Décembre/Janvier 2015

Filmographie

- The Mystery of Nefertiti, Réalisation : British Broadcasting Corporation,   Vidéo VHS, Éditeur : Bloomington : Indiana University Audio-Visual Center, 1980.
- Nefertiti : Egypt's mysterious queen,Réalisation : Peter Minns; Tom Hodgkins, British Broadcasting Corporation,   Vidéo VHS, Éditeur : BBC, London, 2001.
- Akhanaten & Nefertiti, Réalisation :Susan Trackenberg, Antonio Ventrella, Michael Gregor, Kristina Hollstein,; Sandkorn Film Production (Firm) et Zweites Deutsches Fernsehen,   Vidéo VHS, Éditeur : Films for the Humanities & Sciences, Princeton, 2002.
- Nefertiti resurrected, Réalisation : Joann Fletcher, Matthew Wortman, Shaun Trevisick, Discovery Channel (Firm) et Atlantic Productions,   DVD vidéo, Éditeur : Bethesda, MD : Discovery Channel Video, 2003.
-
Akhenaten and Nefertiti : the royal gods of Egypt,Réalisation : Tilman Remme, Samuel West, Jonathan Hassid, Australian Broadcasting Corporation et British Broadcasting Corporation,   DVD vidéo, Éditeur: Hindmarsh et Tape Services, 2006.
- Nefertiti revealed, Réalisation : Discovery Channel (Firm) et Discovery Communications,   DVD vidéo, Éditeur : Discovery Channel et Magna Pacific Pacific (Firm), 2006.
- Nefertiti and the lost dynasty, Réalisation : National Geographic Channel (Television station : Washington, D.C.),   DVD vidéo, Éditeur : Burbank, CA, Warner Home Video, 2007.
- Nefertiti à l'épreuve de la science / Das Schweigen der Nofretete, Réalisation : Thomas Hauer et René Kirschey,   DVD vidéo, Éditeur : RBB, 2007.

 

....Retour à la liste des Reines

 

 
Pour voir correctement les translittérations des noms en Égyptien
vous pouvez télécharger et installer la police de caractère jointe.
  Copyright © Antikforever.com