Mari Quelques grands Rois de Mésopotamie :
Zimri-Lim
1775  à  1761/60
Liste des Rois de Mésopotamie
Rejoignez-nous   Plan général du site

Nous avons besoin de vous

Retour à la dynastie Amorrite de Mari ....Retour à la dynastie Amorrite de Mari

 

  Sommaire
 

Ses dates de règne et origine
Son début de règne
L'alliance avec Hammourabi
La fin de son règne
Sa politique intérieure
Sa famille
Le palais
Bibliographie

 

 

Cliquez pour agrandir l'image
 

Tablettes des archives du palais royal de Mari,
datant du règne de Zimri-Lim - Musée du Louvre

Ses dates de règne et origine

 
   Zimri-Lim (ou Zimrî-Lîm) est loin de faire l'unanimité sur ses dates de règne. Nous ne savons pas encore aujourd'hui exactement la période exacte de celui-ci. Ses datations sont fondées sur des allusions à des événements astronomiques, que les astronomes ont interprétés de manières très différentes. Il y a plusieurs propositions qui sont donc faites par les spécialistes : 1782 à 1759 ou 1779 à 1757 ou 1775 à 1761/1760 ou 1773 à 1759 ou 1713 à 1695 ou 1709 à 1695 ou enfin 1677 à 1663. Celle retenue généralement par la grande majorité des spécialistes, dont Maurice Birot, Madeleine Lurton Burke et Wolfgang Röllig, est 1775 à 1761/1760. Il est généralement considéré comme le fils de Yahdun-Lim bien que quelques spécialistes réfutent ce fait s'appuyant sur la découverte d'un sceau cylindrique qui indique qu'un certain Hatni-Adad (autrement inconnu) serait son père?. Quoi qu'il en soit il réussit à reprendre Mari et à faire fuir les Assyriens. 
 

Son début de règne

 

   Une fois monté sur le trône, comme "son père" avant lui, il dut choisir entre être le vassal d'Alep ou d'Eshnunna. Il choisit le Roi Iarim-Lim I (ou Yarim-Lim, 1780-1765) de la première, à qui il envoya une statue et des objets de culte du Dieu Hadad (Divinité de la cité), mais il se retrouva en conflit contre la seconde, dont le Roi Ibal-pi-EL II (1779-1766) suscita une révolte des Benjaminites contre lui. Zimri-Lim comprit rapidement qu'Ibal-pi-EL II voulait récupérer pour lui seul l'ancien royaume Assyrien d’Ekallāté de Shamshi-Adad I (1814-1775). La région du Haut-Euphrate, le pays de Suhum, situé à la frontière séparant ces deux territoires, va rester un sujet de dissension avec Ibal-pi-EL II. Zimri-Lim chercha alors à reconstruire le royaume de son père et se rendit maître rapidement d'une partie de l'ancien royaume Assyrien en Haute-Mésopotamie. Mais il dut être en lutte perpétuelle, dans se petit "empire" qu'il s'était constitué, contre les nomades Benjaminites et des vassaux révoltés, comme le Roi d'Eshnunna. Celui-ci conquit les autres villes de l'ancien royaume Assyrien et en 1772 se retourna contre Mari et envahit la région. Ibal-pi-EL II envoya une armée sur l'Euphrate en direction de Mari et une autre sur le Tigre, qui prit Ekallāté (ou Ekallatum), puis Shekhna (ou Tell Leilan ou Shubat-Enlil, capitale du pays d'Apum, dans la vallée du Khābūr). En 1770, les deux cités ayant à tour de rôle essuyées plusieurs revers, une paix fut conclue qui semble donner une certaine souveraineté à Eshnunna sur Mari, malgré de véritables avantages territoriaux que cette dernière obtint dans le partage des territoires conquis.  
 

L'alliance  avec  Hammourabi

 

   En 1766/65, le Roi d'Élam, Siwe-Palar-Khuppak (ou Siwepalarhuhpak ou Siwe-Palar-Huppak, 1770-1745) lança une attaque en Basse-Mésopotamie dans le but de s'emparer du royaume d'Eshnunna. Il se fit aidé par le Roi de Babylone, Hammourabi (1792-1750), qui lui aussi menait une politique expansionniste et Zimri-Lim, qui voyaient là un moyen de se débarrasser d'un ennemi gênant aux portes de leur royaume. La coalition s'empara rapidement de la cité d'Eshnunna, tuant Ibal-pi-EL II.
 
   Siwe-Palar-Khuppak et Hammourabi nommèrent alors dans la ville, sous la pression de l'armée, un Gouverneur militaire, Silli-Sin (ou illî-Sîn, 1766 à 1750), qui épousa la fille du Babylonien, bien qu'il semble qu'Hammourabi souhaitait assurer lui-même la royauté de la cité. L'armée Élamite s'installa dans la cité, d'où elle entreprit de conquérir la région du Haut-Tigre, puis du Khābūr (ou Khabur). Siwe-Palar-Khuppak décida alors de séparer son armée en deux. Il dirigea une première partie au commande du Général Élamite, Kunnam et d'un Amorrite, Atamrum, au Nord sur la ville d'Ekallāté (ou Ekallatum), forteresse qui commandait la région Est du Tigre.
 

Cliquez pour agrandir l'image
 

Vue partielle du palais de Zimri-Lim
Photo avant retouche : Wikimedia.org

  La ville fut prise rapidement ainsi que celle de Shekhna (ou Tell Leilan ou Shubat-Enlil dans la vallée du Khābūr). La deuxième partie de l'armée de Siwe-Palar-Khuppak se dirigea au Sud sur la Babylonie contre ses ex alliés. Ceci prit au dépourvu Hammourabi et Zimri-Lim, qui se retrouvèrent à faire face aux volontés expansionnistes des Élamites sur leur territoire. Le Roi de Mari, menacée directement par cette avancée rapide, passa une nouvelle alliance avec le Roi de Babylone et de nombreux Rois Amorrites, dont celui d'Alep, Sumu-Epukh ( ? -1781) et lui fit face.
 
  
En 1764, cette coalition réussit à arrêter l'offensive Élamite sur les deux fronts. Hammourabi stoppa l'armée ennemie alors qu'elle s'apprêtait à marcher sur Babylone. Zimri-Lim, plus les troupes envoyées par le Babylonien, rencontra Siwe-Palar-Khuppak dans la région du Khābūr, à Hiritum. Les Élamites furent écrasés assez facilement, Atamrum ayant trahit Siwe-Palar-Khuppak en se ralliant à Zimri-Lim. L'armée Élamite se replia sur Eshnunna, qu'elle pilla avant de repartir en Élam, Siwe-Palar-Khuppak déléguant la direction des armées à son fils (ou son frère ?) Kuduzulush I (ou Kudu-Zulush I, 1745-1730) et à ses Généraux. Par cette défaite le royaume d'Élam perdit d'un seul coup tout appui en Mésopotamie.
 
   Il ne fut pas affaibli pour autant et ne semblent pas avoir été inquiété par les Babyloniens qui prenaient progressivement le contrôle de la Mésopotamie car cette victoire marquait un nouveau pas dans l'expansion de Babylone. Dans le même temps les relations entre Zimri-Lim et le nouveau Roi d'Alep, Hammourabi I (1765-v.1755, à ne pas confondre avec celui de Babylone), s'envenimèrent suite à des litiges à propos de domaines à Alalah (ou Alakhtum ou Alalakh ou Tell Açana, ville Amorite près de Tell Atchana Antakya), mais la brouille ne dura pas. En 1763, l'alliance Zimri-Lim / Hammourabi s'attaqua au royaume de Larsa, dirigé par le Roi Rim-Sin I (ou Rîm-Sîn, 1822-1763). Ils prirent la ville et Hammourabi devint alors maître de la Mésopotamie. En 1762, un conflit éclata entre Silli-Sin et Hammourabi qui désirait s'emparer d'Eshnunna. L'affrontement tourna rapidement à l’avantage de Babylone qui prit Eshnunna et le royaume de Warum.

 

La fin de son règne

 

   En 1761/1760, sans que l'on n'en connaisse les raisons, peut être du fait de son soutien à Eshnunna, Hammourabi se retourna contre son ancien allié, Zimri-Lim. Il attaqua le royaume de mari qu'il détruisit complètement et en 1759, il rasa la ville après l'avoir pillée. Zim-Lim disparait alors complètement des sources, certains spécialistes pensent qu'il fut assassiné lors d'une révolte de Mari. Il fut le dernier Roi de la ville et son royaume fut morcelé. La partie Nord fut annexée par Hammourabi et il se forma dans la vallée de l’Euphrate un petit royaume, le Hana, avec pour capitale Terqa (ou Tirqa, Tell Ashara aujourd'hui). Hammourabi transféra les richesses du palais, puis il décida sa destruction totale et il frappa la ville d'interdit, si bien que personne ne revint l'occuper. Un nouvel établissement y sera fondé à l'époque néo-Assyrienne, qui deviendra le chef-lieu de la province de Suhu. L'anéantissement de Mari mit fin à son existence et elle disparut pour un temps de la scène politique.
 

Sa  politique  intérieure

 

   Zimri-Lim ne fut pas qu'un guerrier, il fut aussi un bâtisseur et un législateur. Sous son règne le Palais de Mari atteint sa plus grande extension avec trois cents salles et cours (Sur 2500 ha), le règne du Roi porta la ville à son apogée. Grâce aux archives retrouvées dans ce palais, l'administration du royaume de Mari est bien connue, même si certains aspects restent obscurs. Zimri-Lim réorganisa l'administration en nommant aux plus hauts postes des proches. À la tête du royaume se trouvait le Roi (Sarrum) qui disposait d'une administration centrale. Le plus important dignitaire était le Vizir  (ou Sukkallum ou Sukkallu). Le Sandabakku avait pour rôle de contrôler l'économie du royaume. Zim-Lim le divisa en quatre provinces, autour des villes Qatturan, Saggaratum, Terqa et Suhum, qui disposait d'un statut à part. À la tête de la province se trouvait un Gouverneur (Sapitum).
 

Sa  famille

 

   Zimri-Lim eut deux épouses attestées :
 
Dam-Hurasim (ou Dam-hurasi ou Dam huraši), une Princesse du Qatna. Selon Bernard Frank Batto, on a trouvé à Mari des lettres indiquant qu'elle ne fut peut-être qu'une femme du harem royal de rang inférieur. Elle aurait logé dans le palais de Terqa où elle joua également une fonction rituelle. Mais ses lettres témoignent également d'une relation étroite avec le Roi.
 
Shiptu (ou Šiptum ou Shibtu ou Šibtum), la fille du Roi du Yamkhad (Alep) Iarim-Lim I (ou Yarim-Lim, 1780-1765) et de la Reine Gashera. Shiptu eut de vastes pouvoirs administratifs en tant que Reine. Pendant l'absence de Zimri-Lim elle avait en charge l'administration de la ville, le palais royal et le temple. Les tablettes trouvées à Mari révèlent une correspondance régulière entre elle et son époux en son absence. Des lettres personnelles furent également échangées, y compris une notification au Roi de son accouchement de jumeaux, un garçon et une fille.
 
  Zimri-Lim eut huit filles par ses différentes épouses. Deux devinrent Prêtresse et beaucoup furent mariées à des dirigeants locaux, comme Shimatum (ou Šimatum) et Kirum (ou Kiru). Elles furent les femmes d'un des alliés de leur père, Haya-Sumu d'Ilanurâ. Comme nous le précise Georges Dossin, leurs vies sont connues à travers un certain nombre de lettres trouvées dans les archives du palais de Mari. Kirum y parle de sa souffrance dans le harem de son mari et le conflit avec sa sœur, ce qui offre un aperçu des conditions internes d'un harem royal. La correspondance entre le Roi et ses filles, qui fut retrouvée, nous apporte la preuve que Zimri-Lim avait une haute opinion des femmes. Il les considérait comme compétentes pour prendre des décisions politiques, comme en témoigne le fait qu'une fut à la tête d'une ville voisine.
 
 

Le  palais

 
   Le grand palais royal de Mari, également appelé "palais de Zimri-Lim", fut découvert dans les années 1930. Sous ce grand palais demeuraient plusieurs palais qui avaient été successivement les résidences des souverains de la cité lors des dynasties archaïques. Sous la dynastie des Shakkanakku un nouveau palais fut construit sur les ruines des anciens, sur des plans nouveaux, sauf pour l'enceinte sacrée qui conserva son plan originel et son rôle religieux. De cette nouvelle construction date la cour des Palmes, par laquelle on accédait à la salle du trône. Sous le règne de ces souverains de très grands travaux furent engagés. Le grand palais royal attint son apogée sous le Roi Zimri-Lim. Il fut édifié à l'emplacement du précédant. Son emplacement atteint plus de trois hectares et quelque trois cents salles ou cours ont été dénombrées. Comme il est prouvé que le palais possédait un étage (Dont une partie était peut-être occupée par des terrasses), il faudrait peut-être doubler ce nombre de pièces.

 

Fresque du palais de Zimri-Lim

   Le palais était le centre administratif et économique du royaume, c'est pourquoi il y a été retrouvé une grande partie des 20.000 tablettes qui permirent de connaître la politique et de la vie des habitants de Mari à cette époque. Les textes étaient rédigés Akkadien. Il n'a été retrouvé ni ouvrages littéraires, ni textes de caractère fiscal. Le palais constituait à la fois le siège du pouvoir politique et la résidence du Roi et de sa famille avec leurs courtisans et domestiques.
Il comprenait :
La maison du Roi avec les réserves, les cuisines, le secteur du personnel et le quartier administratif.
La seconde maison qui abritait les Reines et le personnel féminin, les réserves et le quartier du personnel.
Le quartier des temples à l'emplacement de l'ancienne enceinte sacrée.
Le secteur des grandes réserves, dans la partie Sud du bâtiment.
Des emplacements pour les cérémonies officielles qui se déroulaient dans la "cour du palmier", dans la salle du trône et la salle du culte des ancêtres.
Dans ce palais furent mises au jour les plus anciennes peintures murales de sacrifice, d'offrande de l'eau et du feu et scène de l'investiture. Les statues et les objets retirés de l'ensemble du site sont en nombre très important et témoignent d'une grande qualité, tels que les statues : De "l'Adorante" (Musée du Louvre) et de la "Grande Chanteuse" Ur-Nina (Musée de Damas), celles d'Idi-Ilum (Musée du Louvre), du Prince Ishtup-Ilum et de la Déesse "au vase jaillissant" (Musée d'Alep).

 

Bibliographie

 
   Pour d'autres détails sur le Roi voir les ouvrages de :
 
Mildred Freed Alberg et Fred Warshofsky :
- The royal archives of Ebla, WMUL, PTV Publications, Kent, Ohio, 1980.
Moshe Anbar :
- Les relations entre Zimri-Lim, roi de Mari et Qarni-Lim, roi d'Andariq, pp : 48-51, Journal of Cuneiform Studies 33, N°1, New Haven, Boston, Javier 1981. Base de données : Arts & Sciences VII
Bernard Frank Batto :
- Studies on women at Mari, Johns Hopkins University Press, Baltimore, 1974.
Maurice Birot :
- Données nouvelles sur la chronologie du règne de Zimri-Lim, pp : 333-343, Syria 55, N°3/4, 1978.
Jean Bottéro et Marie-Joseph Stève :
- Il était une fois la Mésopotamie, Gallimard, Collection Découvertes, Paris, 1993.
Jean Bottéro et Barthel Hrouda :
- L'Orient ancien : Histoire et civilisations, Bordas, Paris, 1991 - En Allemand : Der Alte Orient : Geschichte und Kultur des alten Vorderasien, Orbis-Verl, München, 1991-1998.
Dominique Charpin :
- Hammu-rabi de Babylone, PUF, Paris, 2003.  
Georges Dossin :
- Archives royales de Mari, Mission archéologique de Mari, Librairie Paul Geuthner, Paris, de 1946 à 1982.
- Archives royales de Mari. / X, La correspondance féminine, Librairie Paul Geuthner, Paris, 1967.
Jean Marie Durand :
- Mari, Ebla, et les Hourrites : Dix ans de travaux, Editions Recherche sur les civilisations, Paris, 1996.
- Le document épistolaires du palais de Mari, 3 volumes, Le Cerf, LAPO, Paris, 1997, 1998 et 2000.
Daniel E.Fleming :
- Democracy's ancient ancestors : Mari and early collective governance, Cambridge University Press, Cambridge, Londres, New York, 2004.
Michaël Guichard :
- Les relations diplomatiques entre Ibal-pi-El II et Zimri-Lim : Deux étapes vers la discorde, OAIster, 2002 - Revue d'assyriologie et d'archéologie orientale 96, N°2, 2002.
Wolfgang Heimpel :
- Letters to the King of Mari : A new translation, with historical introduction, notes, and commentary, Eisenbrauns, Winona Lake, 2003.
Horst Klengel : 
- König Hammurabi und der alltag Babylons, Artemis & Winkler, Zürich, 1991-2004.
Jean Robert Kupper :
- Lettres royales du temps de Zimri-Lim, Editions Recherche sur les Civilisations, Paris, 1998.
Jean-Claude Margueron :
- Recherches sur les palais Mésopotamiens de l'âge du bronze, Librairie orientaliste Paul Geuthner, Paris, 1982.
- Mari : Métropole de l'Euphrate au IIe et au début du IIe millénaire av. J.-C., Picard : ERC, Paris, 2004 - Picard Editeur : ADPF, Paris, 2004.
María Rosa Oliver :
- La perspectiva de género en el análisis del poder en el Antiguo Reino de Mari, reinado de Zimri-Lim, a través de la correspondencia femenina, Rivista degli studi orientali 83, N°. 1, Istituti editoriali e poligrafici internazionali, Roma, 2010.
André Parrot et Georges Dossin :
- Archives royales de Mari, Imprimerie nationale, Paris, 1950-2005.
Wolfgang Röllig :
- Zur Datierung Zimri-Lims, Universitätsbibliothek der Universität Heidelberg, Heidelberg, 1967.
Hildegard Winkler :
- Untersuchungen zur Struktur und Baugeschichte des Palastes in Mari, Papyrus dr, Berlin, Frankfurt, 1974. 
Nele Ziegler et Dominique Charpin :
- Mari et le Proche-Orient à l’époque Amorrite, Essai d’histoire politique (Florilegium. Marianum V), Société pour l'étude du Proche-Orient ancien, Paris, 2003.
Nele Ziegler :
- Le harem de ZimrÎ-LÎm : La population féminine des palais d'après les archives royales de Mari, Société pour l'étude du Proche-Orient ancien, Paris, 1999.

 

 
HAUT de PAGE
Mari   Copyright © Antikforever.com Liste des Rois de Mésopotamie