Les Mèdes
La   civilisation
 

Nous avons besoin de vous

 

 

Sommaire
 

Localisation
Les villes principales
Leurs origines
L'histoire
La langue et l'écriture
La religion
Bibliographie

Pour plus de détails voir aussi :
  Les Mèdes, l'histoire - Anshan - Ecbatane
- Les Perses d'Anshan

 


 
Mède apportant une offrande
 Palais de Xerxès - Persépolis

Localisation

 
   Les Mèdes (En Persan : ماد  Mad, en Perse ancien : Māda, en Babylonien : Umman-Mand , en Grec : Μηδία  Media, en Kurde : Mâd) sont un ancien peuple Iranien qui constitua un royaume dans la portion Nord-ouest de l'Iran actuel, avec pour capitale Ecbatane (ou Hangmatana ou Hamadan). Les habitants étaient connus sous le terme Medes (ou Mad-ai ou Mād-y ou Mand-a Μήδοι). Sa partie Ouest bordait l'Assyrie, le Sud était dominé par le Zagros et les royaumes d'Élam et de Perse (du Fars), à l'Est aride se trouvaient les Parthes et dans le Nord la mer Caspienne.
 
   Voisin des Perses, avec lesquels ils ont souvent été confondus, le territoire des Mèdes, la Médie, couvrait à peut près les régions de nos jours du Kurdistan, de l'Hamedan, de Téhéran, de l'Azerbaïdjan, de l'Ispahan et de Zanjān. Cette zone fut appelée Médie par les historiens, du nom Grec : Médée Μηδία et par les Assyriens les Mèdes étaient connus sous le nom de Mādāyu. Ils entrèrent dans cette région avec la première vague de tribus Iraniennes, à la fin du IIe millénaire, à l'effondrement de l'âge de bronze.

 

Les villes principales

 
   La Médie contrôla le commerce Est-Ouest et était riche en produits agricoles. Les vallées et les plaines du Zagros étaient fertiles et à cette époque étaient bien connues pour leurs plantes légumineuses. Le pays était aussi riche de l'élevage des moutons, des chèvres et des chevaux appelés neseos. Il pouvait nourrir beaucoup de gens et c'est ainsi qu'il fut fondé de nombreuses villes. Les principales furent :
Ecbatane (ou Ecbàtana ou Ekbatana, en Persan :  هگمتانه Hañgmatana ou Hagmatāna "La ville des rassemblements", en Grec : Άγβάτανα Agbatanes ou Έκβάτανα Ekbatanae, en Hébreu : אַחְמְתָא Ameta ou Aā, en Latin : Ecbatana) est identifiée au site de l'actuelle d'Hamadan (ou Hanadhân), situé au pied du mont Alvand, au Sud-ouest de la mer Caspienne et au Nord-est de Babylone.
Laodicée (ou Laodiceia ou Laodikeia ou Laodicée en Médie ou Laodicé de Perse ou Antioche de Chosroes ou Antioche de Médie, en Grec : Λαοδικεια, en arabe : Ladhiqiyya) qui correspond à la ville moderne de Nahavand. La ville fut fondée par le Roi Séleucide, Séleucos I (305-280)
Rhagae (ou Rhages, en Grec : 'Pάγαι Rhagai, en Latin : Rhagae ou Rhaganae), à la périphérie de Shahr Rey, au Sud-est de Téhéran.
Apamée (ou Apamée de Médie, en Grec : Απάμεια), près d'Ecbatane, dont la localisation précise est inconnue, mais sûrement située près de la ville moderne de Nahavand. La ville fut fondée par le Roi Séleucide, Séleucos I (305-280).
Gabae (ou Gabe ou Aspadana), la majorité des spécialistes l'identifient aujourd'hui à Ispahan se basant sur les sources Achéménides, mais cette hypothèse n’a pas été démontrée archéologiquement. La période à laquelle fut fondée Ispahan est encore incertaine, mais les historiens s’accordent à dire que la ville serait un des premiers centres urbains établis sur le plateau Iranien.

 


 

Représentation de nobles Mèdes

Leurs origines

 
   La principale explication à la genèse des Mèdes, est qu'ils émigrèrent des steppes eurasiennes au Sud du Zagros, peut-être en réaction aux attaques répétées de l’Ourartou et des Assyriens. La Médie est issue de l’union de diverses tribus, d’abords nomades, qui se fixèrent au VIIe siècle av.J.C. Les Mèdes sont considérés par quelques spécialistes comme les ancêtres des Kurdes modernes. Ils appuient leur hypothèse sur des inscriptions Assyriennes, Ourartéennes, Mannéennes et d'autres voisins des Mèdes qui, lorsqu'ils se référaient aux Mèdes, les nommaient Kuti ou Kutu. Cette dénomination étant alors considérée comme une variante dans l'Antiquité de l'ancien nom kurde.
 
   Hérodote (Historien Grec, 484-v.425, I. 101), énumère les noms de six tribus Mèdes que Deioclès (ou Deioces, 728-675) réunit en une seule nation : Les Busae (ou Buses), les Paretaceni (ou Parétacéniens), les Struchates, les Arizanti (ou Arizantes), les Budii (ou Budiens) et les Magi (ou Magus ou Mages). Il mentionne aussi que les Mèdes ont exactement la même manière de se vêtir que les Perses, avec la robe. Enfin il faut noter que Médée est la sorcière Colchide-Thrace de Jason et les Argonautes, dans le mythe Grec.
 
   Flavius Josèphe (ou Titus Flavius Josephus ou Josèphe ben Mattathias, historien Juif, 37-v.100) rapporte l'origine des Mèdes (OT Heb. Madai) au personnage biblique, Madai, fils de Japheth. Hérodote dit que les Mèdes se prétendaient des Aryens. Dans la Mythologie, selon le Livre des Jubilés (10:35-36), Madai avait épousé une fille de Shem et préféraient vivre parmi les descendants de Shem. Il a supplié ses beaux-frères, Élam, Ashur et Arphaxad, jusqu'à ce que finalement il reçoive d'eux, la terre qui fut nommé la Médie.
 
   Vers 650, les Mèdes étendirent leur autorité jusqu’aux Perses du Fars, puis s’attaquèrent aux cités Assyriennes. Au VIe siècle, après avoir avec les Chaldéens (ou Néo-Babyloniens) vaincu l'Empire Assyrien, les Mèdes établirent leur propre Empire, qui s'étendit de la rive Sud de la mer Noire et la province d'Aran (l'actuelle République de l'Azerbaïdjan) vers le Nord à l'Asie centrale, l'Afghanistan et le Pakistan. Cet Empire rivalisa avec les royaumes de Lydie et de Babylone. Les Mèdes sont crédités de la fondation du plus grand Empire Iranien. Celui-ci prit fin du fait du Roi Cyrus II le Grand (559-529) qui établit un Empire unifiant Iraniens, Mèdes et Perses, souvent appelé Empire Perse Achéménide.
 

L'histoire.......
 

   Dans la réalité l'origine et l'histoire des Mèdes restent assez obscures car nous ne possédons presque aucune information contemporaine et pas un seul monument ou inscription des Mèdes eux-mêmes. Jusqu'à présent, donc, les résultats des recherches ne permettent pas une définition claire de la culture Mède. Il est juste assez clair que dans le premier quart du premier millénaire avant notre ère, des nomades éleveurs parlant une sorte de langue Indo-iranienne, s'infiltrèrent dans le Zagros, s'installant parmi la population indigène. Au niveau archéologique, les chercheurs ont souvent attribué des objets aux Mèdes, simplement parce qu'ils les avaient trouvé sous la couche identifiée comme Achéménide.
 
   L'histoire de Ctésias de Cnide (Médecin Grec d'Artaxerxès II, historien de la Perse et de l'Inde, mort v.398) qui donne une liste de neuf Rois, commençant par Arbacès (ou Arbakes, 833-805), qui aurait détruit Ninive dans Années 880 av.J.C, copiée plus tard par de nombreux auteurs, n'a malheureusement aucune valeur historique. Quelques-uns des noms de souverains peuvent être dérivés des traditions locales. Il donne ensuite : Mandakes (805-755), Sosarmos (755-725), Artykas (725-675), Arbianes (675-653), Artaios (653-613), Artynes​​(613-591), Artibaras (591-551) et Aspadas (ou Astyages, 551-550). La liste des dirigeants Mèdes, retenue aujourd'hui et leurs dates de règne, est établie conformément à celle d'Hérodote (Historien Grec, 484-v.425, I. 101), et celle des Chroniques Babyloniennes.
 


 

Bas-relief représentant des Mèdes apportant des
chevaux en tribut à Sargon II - Musée du Louvre

   Les Mèdes, "Peuple de la Mada", apparaissent dans l'histoire en 836/835. Des premières mentions montrent que l'Empereur Assyrien conquérant, Salmanasar III (ou Shalmaneser ou Salmanazar, 859-824) reçut à cette date l'hommage de "Amadai" dans le cadre des guerres contre des tribus du Zagros occidental. Il aurait soumis alors 36 "Rois" Mèdes, qu'il faut plutôt considérer comme des chefs tribaux. Beaucoup de chercheurs pensent qu'il est probable que les Assyriens furent responsables de l'unification de ses tribus Mèdes. Leurs attaques répétées forcèrent les habitants à coopérer et à développer un leadership plus efficace.
 
   Le VIIe siècle va voir la Médie s'organiser en entités politiques plus puissantes, comme le prouvent les sites archéologiques et tout semble indiquer que les Assyriens ont perdu le contrôle sur ces provinces. Ce vide politique laissa la place à l'élaboration d'un royaume Mède, qui ne fut cependant jamais mentionné dans les sources Assyriennes. Si le récit d'Hérodote peut être digne de confiance, la dynastie Mède tira son origine d'un chef Mède du Zagros, Deioclès et connue quatre Rois, le dernier étant Astyage (585-550/49).
 
   Une fois Astyage renversé par le Roi Perse, Cyrus II, celui-ci marcha sur la Lydie et attaqua son Roi Crésus. En 547, Cyrus II qui prit possession de l'Empire Lydien. Les conquêtes de ce Roi continuèrent avec Babylone, qu'il prit quelques années plus tard, à l'automne 539, constituant le puissant Empire des Achéménides. La Médie devint une satrapie, mais la place des Mèdes dans cette nouvelle construction politique ne fut pas désavantageuse pour eux, car ils occupèrent un rang égal à celui des Perses et plusieurs d'entre eux furent nommés à un poste important dans l'administration de l'Empire ou dans l'armée. Certains usages et cérémonies de la cour des Mèdes furent repris par le nouveau souverain qui fit d'Ecbatane sa résidence d'été.


 

Un Mède dans un rituel religieux

 
   Le pays Mède resta calme durant le reste de l'Empire Achéménide, à part une tribu du Nord, les Cadusii, qui resteront toujours rebelles et qui justifieront l'envoi de plusieurs expéditions de la part des Rois Achéménides. Le Roi de Macédoine, Alexandre le Grand (336-323) s’empara de la Médie au cours de l'été 330. En 328, il nomma Satrape du Nord un ancien Général de Darius III (336-330), appelé Atropatès (ou Atrupat). Ce dernier dirigeait le contingent Mède de l'armée Perse à la bataille de Gaugamèles et s'était rallié par la suite à Alexandre. À la mort d'Alexandre le Grand la Médie fut divisée en deux régions, la petite et la grande Médie.
 
   La petite Médie du Nord, ne fut que de moindre importance pour les Diadoques d'Alexandre, ils la laissent à Atropatès. Elle devint la Médie Atropatène (Futur Azerbaïdjan) qu'il parvint à rendre autonome du pouvoir Séleucide. La capitale de ce royaume se trouvait à Gazaca (Identifiée au site de Laylan) découvert sur la rivière Araz par les archéologues, en Avril 2005. En 220, après plusieurs décennies d'indépendance, malgré une armée forte (Surtout la cavalerie) le Roi Artabanzanes dut conclure un traité de vassalité avec le Roi Séleucide Antiochos III Mégas (215-187).
 
   La Médie du Sud, avec Ecbatane, fut alors une région stratégique car elle contrôlait les routes entre les parties occidentales et orientales de l'Empire. Dans le partage elle fut donnée au Macédonien Peithon (ou Pithon, en Grec : Πείθω, v.355-316). Après avoir été un temps dominée par Antigonos I Monophtalmos ("Le borgne", 306-301) elle fut par la suite, vers 310, la possession du Roi Séleucide Séleucos I Nikatôr (305-280). Vers 150, la révolte du Roi Parthe Arsacide Mithridate I (Arsace VI - 171-138) fit perdre les deux Médie aux Séleucides.
 
   Par la suite la Médie fut conquise par le Roi d'Arménie, Tigrane II (95-54). Après plusieurs décennies de luttes, le pouvoir des Rois Arsacides fut finalement assuré en Médie. Les Parthes réorganisèrent la région administrativement et la ville de Rhagae/Europa fut renommée Arsacia. Par la suite les Romains tentèrent des conquêtes, mais n’eurent jamais d'emprise sur ces régions qui en 224 ap.J.C passèrent sous la tutelle du Roi Perse Sassanide Ardachêr I (ou Ardashir, 224-241) qui détrôna le dernier Roi Parthe. À cette époque, la plus ancienne des tribus Aryennes de l'Iran perdit son caractère et fusionna en un seul peuple, les Iraniens. La relance du Zoroastrisme, les déportations partout dans le monde par les Sassanides, achevèrent les derniers Mèdes.

 

Pour plus de détails voir aussi : Les Mèdes, l'histoire

 
La  langue  et  l'écriture

 
   La langue des Mèdes est encore aujourd'hui un grand sujet de débat entre les spécialistes. Aucune certitude n'existe sur elle, si ce n'est qu'il s'agit d'une langue Iranienne. Dans une certaine mesure le Mède aurait été la langue officielle Iranienne dans l'Ouest de l'Iran ou se côtoyaient le Gilaki, le Mazandarani, le Kurde, le Parthe, le Zazaki et le Baloutchi. Le problème vient de l'absence de textes retrouvés dans cette langue ou même de mots, toponymes, anthroponymes clairement identifiés comme venant de la langue Mède. Elle est seulement attestée par des inscriptions en Perse ancien et on ne sait rien de sa grammaire. Jusqu'à présent, une seule inscription datant de la période pré-Achéménide sur une plaque de bronze, a été découverte sur le territoire de Mède.
Différentes théories sur le sujet s'affrontent :


 

Tributaire Mède - v.700 -
Musée du Louvre

 
Une première idée est que cette langue serait différente du Perse ancien avec ses propres caractéristiques. Cette distinction ethnolinguistique se manifeste principalement dans les sources étrangères, par exemple au IXe siècle les sources Assyriennes. Les partisans de cette théorie s'appuient sur certains passages d'auteurs Grecs. Par exemple Hérodote (Historien Grec, 484-v.425) mentionne le mot spaka "chien", toujours présent dans les langues Iraniennes actuelles telles que le Kurde et le Talysh, comme différent du même mot en Perse.
 
Certains chercheurs sont enclins à penser que le soi-disant vieux Perse cunéiforme était en fait du Mède cunéiforme, qui plus tard fut emprunté par les Perses. Dans l'utilisation de phonologie comparée des noms, il a été identifier certains mots Perses comme étant des emprunts au Mède, surtout pour le vocabulaire politique, religieux, géographique, etc.. Roland Kent note plusieurs vieux mots Perses qui semblent être des emprunts auprès du Mède, par exemple : xšayaθia "Roi", taxmaa "courageux", paridaiza, "paradis", vazraka "grande".
 
La recherche moderne suggèrent même que l'Élamite linéaire, créé par Puzur-Inshushinak (En Élamite Kutik-nshushinak, v.2250-v.2210) qui avait rétablit la langue de son pays et créé cette nouvelle écriture basée sur cette langue et qui n'a toujours pas été déchiffrée, aurait été écrit dans la langue des Mèdes.
 
Il est aussi proposé de voir dans la langue Mède une langue ancêtre du Kurde.
 
Une autre idée objecte qu'en l'absence de sources indiquant clairement une quelconque différence entre le Perse et le Mède on peut juste se contenter d'y voir deux langues très proches, appartenant à une même langue dont ils furent des dialectes. On peut donc dans ce cas considérer qu'il n'existait pas de langue Mède ou Perse à proprement parler, mais une langue commune aux deux peuples.

 

La religion

 
   Il y a très peu de sources concernant la religion des habitants de Médie. Les sources primaires pouvant donner des affiliations religieuses des Mèdes, trouvées jusqu'ici comprennent les découvertes archéologiques de Tepe Nush-e Jan (ou site de Nush-i Jân) et les Histoires d'Hérodote (Historien Grec, 484-v.425). Les découvertes archéologiques qui donnent les structures du temple de Tepe Nush-e Jan et son l'autel du feu, montreraient un héritage commun du culte du feu typique d'une religion de type Mazdéen. Hérodote mentionne la tribu Mède des Magi (ou Magus) comme celle qui fournissait les Prêtres (ou Mages), tant pour les Mèdes que les Perses. Ils provenaient d'une caste sacerdotale qui dont les fonctions se transmettaient de père en fils.
 
   Ils jouèrent un rôle significatif à la cour du Roi Mède Astyage qui les utilisa comme conseillers, interprètes des rêves et devins. Les historiens classiques les considèrent comme les Mages de la religion Zoroastrienne. Dans les noms personnels des Mèdes enregistrés par les Assyriens (entre le VIIIe et IXe siècle) il y a des exemples d'utilisation de noms théophores contenant Maždakku qui est également le nom de Ahura Mazdâ (ou Aura-Mazdâ, "Seigneur-Sagesse") qui est la divinité centrale de l'ancienne religion Mazdéenne. Les chercheurs ne s'entendent pas sur le fait que ce sont ou pas des indications de la religion des Mèdes.
 
   Igor Mikhailovich Diakonoff avance qu'Astyage, et peut-être même Cyaxare, avaient déjà embrassé une religion dérivée des enseignements Zoroastres, qui n'était pas identique à la doctrine de Zarathoustra. Nora Elisabeth Mary Boyce estime que l'existence des Mages en Médie, avec leurs propres traditions et formes de culte, était un obstacle au prosélytisme Zoroastrien. Elle écrit que les traditions Zoroastriennes dans la ville Mède de Rhagae remontent probablement au VIIIe siècle. Il est suggéré qu'avant cette époque, une forme de Mazdéisme avec les traditions Iraniennes existait en Médie et les strictes réformes de Zarathoustra commencèrent à se répandre à l'Ouest de l'Iran au cours du règne des derniers Rois Mèdes au VIe siècle. Il est également suggéré que Mithra (ou Mithras) un Dieu Indo-iranien, peut avoir été vénéré par les Mèdes comme leur divinité suprême.

 

Bibliographie  générale

 
   Pour d'autres détails sur les Mèdes voir les ouvrages de :
 
Nora Elisabeth Mary Boyce et Frantz Grenet :
- Zoroastrianism under Macedonian and Roman rule, E.J.Brill, Leiden, 1991.
Pierre Briant :
- Histoire de l'Empire Perse, de Cyrus à Alexandre, Fayard, Paris, 1996.
Stuart C.Brown :
- Media and secondary state formation in the neo-Assyrian Zagros : An anthropological approach to an assyriological problem, pp : 107-119, Journal of Cuneiform Studies 38, N°1, 1986.
- Medien (Media), pp : 619-623, Reallexicon der Assyriologie und Vorderasiatischen Archäologie VII, De Gruyter, Berlin, 1990,
Theodore Cuyler Young :
- Medes, pp. 448–450, Meyers, Eric M., The Oxford encyclopedia of archaeology in the Near East 3, Oxford University Press, 1997.
Moukhammed Abdoulkadyrovitch Dandamaev, Vladimir Grigorʹevich Lukonin et Philip L.Kohl :
- The culture and social institutions of ancient Iran, Cambridge University Press, Cambridge, New York, 1989.
Igor M.Diakonoff :
- Media, The Cambridge History of Iran 2, pp : 36–148, Cambridge University Press, Cambridge, 1985.
Ilya Gershevitch :
- The Median and Achaemenian periods, Cambridge University Press, Cambridge, 1985.
Roman Ghirshman :
- Iran. From the earliest times to the islamic conquest, Paris, 1951 - Md. : Penguin Books, Baltimore, Harmondsworth, 1954-1961-1978.
Amélie Kuhrt :
- The Persian Empire, A corpus of sources from the Achaemenid period, vol. 1, pp : 19-46, Routledge, Londres, New York, 2007-2010.
Giovanni B.Lanfranchi, Michael Roaf et Robert Rollinger :
- Continuity of empire (?) : Assyria, Media, Persia, Università di Padova, S.a.r.g.o.n. editrice e libreria, Padova, 2003.
Mario Liverani :
- The Medes at Esarhaddon's court, pp : 57-62, Journal of Cuneiform Studies 47, New Haven, Boston, 1995.
Laurence Lockhart :
- Famous cities of Iran, W. Pearce & Co., Brentford, 1939.
Mischa Meier et Bruno Jacobs :
- Deiokes, König der Meder : Eine Herodot-episode in ihren kontexten, Steiner, Stuttgart, 2004 - Bryn Mawr College, Bryn Mawr, 2005.
Etienne Marc Quatremère :
- Mémoire sur la ville d'Ecbatane, Imprimerie Nationale, Paris, 1851.
Karin Radner :
- An Assyrian view on the Medes, pp : 37–64, G.B.Lanfranchi, M.Roaf, R.Rollinger (Hrsg.), Continuity of Empire (?): Assyria, Media, Persia. History of the Ancient Near East Monographs 5, 2003.
George Rawlinson :
- The seven great monarchies of the eastern world, or the history, geography and antiquities of Chaldaea, Assyria, Babylon, Media, Persia, Parthia, and Sassanian or New Persian empire, John B. Alden, New York, 1885 - BiblioLife, 2007.
Robert Rollinger
- Die Meder, Hubert Cancik (Hrsg.), DNP, Supplementband 1, Herrscherlisten, Stuttgart, 2005.
- The Median empire, the end of Urartu and Cyrus the Great's Campaign in 547 BC, pp : 51-65, Ancient West & East 7, 2008.
Rüdiger Schmitt :
- Old Persian, pp : 76–100, Woodard, Roger D., The Ancient Languages of Asia and the Americas, Cambridge University Press, 2008.
David Stronach :
- Tepe Nush-i Jan : A mound in Media, pp: 177–186, The Metropolitan Museum of Art Bulletin, New Series 27 (3), 1968.
- Anshan and Parsa : Early Achaemenid History, Art and Architecture on the Iranian Plateau, pp : 539–331, 35–53, John Curtis, ed., Mesopotamia and Iran in the Persian Period, British Museum Press, London, 1997.
Josef Wiesehöfer :
- Das antike Persien : Von 550 v. Chr. bis 650 n. Chr., Artemis & Winkler, Zürich, 1993-1994.

 

 

   Copyright © Antikforever.com